Accéder au contenu principal
Débat du jour

Quelle architecture pour la défense européenne et la dissuasion nucléaire française?

Audio 19:30
L’un des 4 sous-marins nucléaires lanceur d’engins (SNLE) de la force océanique stratégique (FOST).
L’un des 4 sous-marins nucléaires lanceur d’engins (SNLE) de la force océanique stratégique (FOST). © Marine Nationale

Vendredi 7 février, Emmanuel Macron se livrait à l'une des figures imposées de tout président de la Cinquième République : le discours sur la doctrine de la dissuasion nucléaire française.

Publicité

Dans ce discours, il ouvre la porte au dialogue stratégique avec les partenaires européens de la France. Samedi 15 février, il va pouvoir mettre sa proposition en pratique puisqu'il se rend à la conférence de Munich sur la sécurité, haut lieu des discussions sur les questions de défense. C'est qu'entre le Brexit, la fin du traité sur les forces nucléaires intermédiaires, les incertitudes sur l'OTAN, il y a matière à discussion. Quelle architecture pour la défense européenne et la dissuasion française ? C'est la question du jour.

Pour en débattre :
Bernard Norlain, Général d’armée aérienne 2ème section. Vice-président initiatives pour le désarmement Nucléaire (IDN)
- Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’IRIS , responsable à l'IRIS des questions liées à la politique de défense, à la PESD et à l'OTAN, à l'industrie d'armement et aux ventes d'armes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.