Accéder au contenu principal
Infos coronavirus

Le Covid-19 affecterait le système nerveux central chez certains malades

Audio 04:31
Dans un centre de rééduaction de Briis-sous-Forges, le 29 avril 2020.
Dans un centre de rééduaction de Briis-sous-Forges, le 29 avril 2020. REUTERS/Benoit Tessier
Par : Agnès Rougier
10 mn

On découvre au fur et à mesure que le coronavirus peut causer non seulement des attaques au niveau des voies respiratoires, des poumons en particulier, mais qu’il peut attaquer aussi notre système nerveux. On a déjà parlé de la perte de l’odorat, du goût, comme signe avant-coureur de l’infection au Covid-19, mais il y a d’autres symptômes neurologiques.

Publicité

Le 1er avril, la revue scientifique britannique The Lancet rapportait un cas de covid-19 en Chine qui avait débuté par un syndrome de Guillain-Barré, une maladie dans laquelle le système immunitaire du patient attaque son système nerveux, ce qui peut causer la paralysie des membres. C’est un cas rare, mais ces symptômes neurologiques sont-ils fréquents avec le Covid, et de quels types s'agit-il ? 

Le docteur Thomas de Brouker, chef du service de neurologie à l’hôpital de St-Denis.
« À l'hôpital de la Fontaine où je travaille, le coronavirus a fait l'objet d'une prise en charge spécifique puisque au total en 5 semaines environ, on a dû avoir plus de 500 patients, et sur ces plus de 500 patients on a pu constater entre 30 et 40 cas d'atteinte variées du système nerveux, c'est tout de même assez sérieux puisque ça représente pas loin de 10% ; nous avons donc avec l'aide des autres hôpitaux généraux et des infectiologues sur la France entière, fait une enquête et constaté qu'effectivement, ces manifestations neurologiques étaient très variées et assez fréquentes »

Les attaques neurologiques peuvent donc être très variées, nous dit le docteurr de Brouker, qu’en est-il plus précisément.

Les neurologues les classent en quatre catégories : la 1ère, ce sont les symptômes isolés, perte du goût et de l’odorat, parce que le virus s’attaque à la muqueuse olfactive ; il y a aussi des maux de tête, des vertiges, sans qu’on en connaisse encore l’origine.

Dans la 2ème catégorie, il y a la confusion mentale, le cerveau fonctionne lentement, le patient a du mal à appréhender même ses propres difficultés respiratoires ; mais aussi des encéphalites, des attaques directes du cerveau ; là ce n’est probablement pas le virus lui-même qui est responsable, mais plutôt le système immunitaire du patient qui déclenche une réponse très violente, comme un orage qui traverserait la barrière protectrice du cerveau.

Dans la 3ème catégorie, il y a des accidents vasculaires cérébraux, qui représentent 1/5ème des cas à l’hôpital de St-Denis, comme dans les embolies pulmonaires, c’est une artère qui se bouche, parce que le virus provoque une hyper-coagulation du sang.

Enfin, dans la 4ème catégorie, on trouve des attaques du système nerveux, comme le syndrome de Guillain-Barré déjà évoqué, qui peuvent survenir avant ou après la maladie, et qui nécessitent une réhospitalisation, voire une entrée en réanimation. Des affections qui peuvent entraîner ensuite une rééducation.

Précisons que la confusion mentale reste passagère et ne laisse pas de séquelle. Par contre, on a pu lire que le virus pourrait infecter le cerveau directement, est-ce vrai, y a-t’il un moyen de le vérifier ?

Docteur de Brouker : « Dans l’immense majorité des cas les explorations sont négatives, normales, et non seulement elles sont négatives mais le liquide céphalo-rachidien qu'on obtient par ponction lombaire montre qu'il n'y a pas de Covid dans ce liquide, c'est-à-dire qu'il n'y a pas d'infection directe du cerveau par le virus. Donc, à l'heure actuelle, on a aucun argument pour la neuro invasion du virus, qui a été un peu trop avancée dans la littérature, qu'elle soit générale ou neurologique »

Il y a donc une enquête en cours quand pourra-t-on en savoir plus ?

Le recueil des informations s’est déroulé du 1er mars au 30 avril, et 25 centres hospitaliers ont participé à l’enquête. La moisson, si l’on peut dire, est riche, et le docteur de Brouker espère pouvoir en publier les résultats vers la fin du mois de mai.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.