Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le coronavirus maintient la tendance haussière des cours de l’or

Audio 01:59
Le métal précieux est plus que jamais une valeur refuge en ces temps de pandémie.
Le métal précieux est plus que jamais une valeur refuge en ces temps de pandémie. gold.fr

Après avoir touché son plus haut niveau depuis sept ans lundi, l'or est toujours dans une tendance haussière, favorisée par les taux bas et l'endettement abyssal des États face au Covid-19.

Publicité

L’once d’or est repartie à la hausse ce mardi 19 mai. La veille le métal précieux s’était même approché des 1 800 dollars, avant de se replier à 1 730 dollars, après l’annonce d’essais prometteurs du labo Moderna sur un vaccin contre la maladie Covid-19. La nouvelle a brièvement redonné confiance dans les marchés boursiers, au détriment du lingot, mais la tendance haussière de l’or demeure, même si la volatilité est grande.

Valeur refuge en temps de pandémie

Le métal précieux est plus que jamais une valeur refuge en ces temps de pandémie. Les investisseurs s’interrogent sur la durée de la crise sanitaire et surtout sur ses conséquences économiques à moyen et long terme. Or on a vu mardi que les chantiers de maisons neuves avaient plongé de 30% au mois d’avril aux États-Unis.

Risques économiques et escalade des tensions sino-américaines

Cela s’ajoute aux sombres prévisions du président de la Réserve fédérale américaine sur le taux de chômage qui pourrait grimper à 20 ou 25% dans la première économie de la planète. Si Jérôme Powell exclut une crise de l’ampleur de 1929 et qu’il écarte la possibilité de taux d’intérêt négatifs aux États-Unis, ces taux restent très bas de part et d’autre de l’Atlantique, ils ne rémunèrent plus les investisseurs, inquiets également par l’endettement colossal des pays touchés par le Covid. Pour ne rien arranger l’escalade des tensions s’aggrave entre la Chine et les États-Unis. Ce qui n’augure rien de bon pour l’économie mondiale.

Record historique des investissements dans les ETF

Les investissements dans le lingot ont largement compensé la chute des ventes de bijoux d’or. Les bijoutiers avaient baissé leur rideau pendant le confinement. Les Chinois et les Indiens, plus grands consommateurs de bijoux d’or au monde, ont donc diminué leurs achats au premier trimestre, leur monnaie était en outre sous pression. Mais les investissements dans les fonds ou trackers liés au lingot ont augmenté le plus fortement en quatre ans. A 3 185 tonnes désormais, ils atteignent leur plus haut niveau de tous les temps. De même les particuliers ont acheté 36% de plus de pièces d’or que la même période l’an dernier, en particulier dans les pays occidentaux.

Production minière en déclin

Les banques centrales ont continué à amasser de l’or à un rythme cependant moins rapide que l’an dernier, elles ont, il est vrai, beaucoup d’autres dépenses. Tout cela alors que la production d’or continue d’être perturbée par l’épidémie. Elle a chuté de 3% au premier trimestre, à son plus bas niveau depuis 5 ans. L’activité minière est ralentie par les mesures sanitaires contre le Covid-19, en Afrique du Sud. En Russie, l’armée a même monté un hôpital de campagne près du plus grand gisement aurifère de la société Polyus en Sibérie.

Bons résultats des compagnies aurifères

Malgré cette chute de la production et les coûts de mise en place des mesures de prévention, les compagnies minières engrangent de beaux bénéfices au premier trimestre grâce à l’envolée des cours de l’or, du géant canadien Barrick aux plus petites sociétés présentes en Afrique de l’Ouest, comme Terranga ou Endeavour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.