Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L’Inde reprend ses achats d’huile de palme auprès de la Malaisie

Audio 01:45
Une plantation d'huile de palme en Malaisie.
Une plantation d'huile de palme en Malaisie. REUTERS/Lim Huey Teng

Geste d’apaisement de la part du premier importateur mondial d’huile de palme vis-à-vis du deuxième fournisseur de la planète. L’Inde reprend ses achats auprès de la Malaisie, après une période de tensions entre les deux pays.

Publicité

Depuis quatre mois l’Inde boudait l’huile de palme en provenance de Malaisie. Son Premier ministre Mohamad Mahathir avait osé critiquer la politique indienne au Cachemire et la loi sur la citoyenneté considérée comme discriminatoire vis-à-vis des musulmans indiens.

Une commande de 200 000 tonnes d’huile de palme à la Malaisie

Depuis, la coalition au pouvoir à Putrajaya s’est effondrée et les relations se sont améliorées entre le nouveau pouvoir malaisien et New Delhi. La Malaisie a fait un premier geste en achetant 100 000 tonnes de riz indien la semaine dernière. Le ministre malaisien des plantations industrielles devait se rendre en Inde pour régler le contentieux sur l’huile de palme, il en a été empêché par le confinement indien. Mais les importations indiennes reprennent enfin. Selon Reuters, 200 000 tonnes d’huile de palme malaisienne seront livrées entre juin et juillet.

Rebond au-dessus de 500 dollars la tonne

Un soutien bienvenu pour les cours de l’huile de palme. Ils repassent au-dessus des 500 dollars la tonne, après avoir perdu un tiers de leur valeur depuis le début de l’année à la bourse de Kuala Lumpur, qui fait référence. Ils étaient au plus bas depuis 10 mois, entraînés par la chute des prix du pétrole, puisque l’huile de palme est aussi un biocarburant, et par la chute de l’huile de soja. La situation était critique au moment où la production est la plus abondante dans les plantations de Malaisie et alors que la demande en oléagineux s’est effondrée sous le coup de l’épidémie de Covid-19, qui a perturbé les flux logistiques.

L’Inde reconstitue ses stocks à peu de frais

La reprise des importations est donc une aubaine pour la Malaisie, mais aussi pour l’Inde : ses stocks d’huile de palme étaient au plus bas. Elle va pouvoir les reconstituer à un prix très intéressant, puisque l’huile de palme malaisienne est moins chère en ce moment que sa concurrente indonésienne, les autorités de Djakarta ayant imposé une taxe à l’export, pour augmenter l’incorporation de l’huile de palme indonésienne dans les véhicules de l’archipel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.