Débat du jour

Après le coronavirus, faut-il sauver l'automobile ?

Audio 29:30
Quelque 400.000 véhicules attendent sur les parkings des concessionnaires d'être vendus.
Quelque 400.000 véhicules attendent sur les parkings des concessionnaires d'être vendus. REUTERS/Stephane Mahe

C'est un plan de soutien massif, 8 milliards d’euros au total, que le président de la République a annoncé cet après-midi à la filière automobile.

Publicité

Comme partout dans le monde, le secteur automobile français s'est retrouvé à l'arrêt à cause des mesures de confinement prise pour limiter la pandémie de coronavirus. Les constructeurs ont vu leurs ventes stoppées du jour au lendemain et les chiffres pour l'année s'annoncent particulièrement mauvais. Il s'agit d'écouler les stocks et éviter des fermetures d'usines tout en favorisant des véhicules plus propres et en sauvant des usines et donc des emplois localisés en France. Après le coronavirus, faut-il sauver l'automobile ?

 

Pour en débattre :

Mathieu Flonneau, historien, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Panthéon Sorbonne, spécialiste de l'automobile, auteur de nombreux livres, dont « Choc de mobilité » aux éditions Descarte & Cie
Guillaume Crunelle, associé en charge de l’automobile et la mobilité chez Deloitte
Nabil Bourassi, journaliste spécialiste de l'industrie automobile à La Tribune.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail