Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une: IBK droit dans ses bottes

Audio 04:16
Le président malien Ibrahim Boubacar Keita, lundi 10 février, lors de son interview depuis Addis-Abeba pour RFI et France 24.
Le président malien Ibrahim Boubacar Keita, lundi 10 février, lors de son interview depuis Addis-Abeba pour RFI et France 24. RFI-France 24

Publicité

Le président malien est sorti de son silence hier pour s'exprimer devant la nation, dix jours après la grande manifestation de l'opposition réunissant partis politiques, organisations religieuses et associations issues de la société civile. Un mouvement qui s'est encore élargi depuis et qui s'est baptisé M5-RFP.

« Grande a été la désillusion, déplore L'Indépendant à Bamako. On s'attendait à ce que le président IBK, qui s'était emmuré dans un mutisme épais depuis le gigantesque rassemblement du 5 juin, se prononce enfin sur l'exigence de sa 'démission' ainsi que celle de son régime (…). Ou qu'à défaut, il fasse des annonces fortes pour apaiser la tension et relancer le dialogue. Notamment la dissolution de l'Assemblée nationale et de la Cour constitutionnelle. Il n'en a rien été, constate L'Indépendant. Il s'est contenté de réitérer encore une fois sa disponibilité au dialogue. »

Et le quotidien malien de hausser le ton : « IBK, visiblement, n'a pas retenu la leçon, tout comme il ne semble pas s'inquiéter des agitations de plus de deux millions de ses compatriotes, le 5 juin dernier, et des agissements des groupuscules de 'salafistes, de haineux et d'aigris' comme semblent les présenter ses thuriféraires. IBK reste dans le viseur du M5- RFP et la question demeure, s'interroge L'Indépendant : tirera-t-il son épingle du jeu et à quelles conditions ? »

Pour sa part, le M5-MFP appelle à une nouvelle grande manifestation vendredi prochain, place de l'Indépendance à Bamako, toujours pour réclamer la démission d'IBK.

Coalition pour le Sahel : énième structure et énième réunion

À la Une également, la réunion hier de la Coalition pour le Sahel... « Initiative du gouvernement français, présidé par Jean-Yves Le Drian, cette première réunion ministérielle de la Coalition pour le Sahel, n’a véritablement pas pris de décisions majeures, pointe Aujourd'hui au Burkina Faso. Il s’est agi de faire un inventaire d’étapes des 4 'piliers' des initiatives internationales, à savoir la lutte anti-terroriste, le renforcement des armées nationales, le soutien au déploiement de l’Etat et l’aide au développement. Objectif : rendre le G5 Sahel plus performant, plus percutant, une posture qui ne sera pas de trop avec l’opérationnalisation de la Task force Takuba qui est entrée en action. »

Une énième réunion !, s'agace Le Pays, toujours à Ouaga. « Les rencontres consacrées à la problématique de la sécurité et du développement au Sahel commencent à lasser et à exaspérer les populations, tant elles sont nombreuses et peu efficaces. À cela, il faut ajouter la pléthore des structures en charge d’œuvrer à la résolution de la problématique. »

Et « les effets bénéfiques de toutes ces structures se font toujours attendre, soupire encore Le Pays. Et ce n’est pas le pauvre paysan de Barsalogho au Burkina qui a fui son domicile et son champ pour se retrouver dans un camp de déplacés internes où il vit dans des conditions précaires voire humiliantes, qui dira le contraire. Les exemples de ce genre foisonnent dans presque tous les pays du G5 Sahel, tant et si bien que l’on peut se poser la question de savoir à quoi sert cette diarrhée de rencontres (…). Une autre chose dont on peut être sûr, conclut le quotidien burkinabé, c'est que ces rencontres à la pelle ne perturbent nullement le sommeil des terroristes. »

Abidjan : que d'eau !

Un véritable déluge s'est abattu sur Abidjan ce week-end... Il y a eu un mort à Abobo-Belleville et plusieurs blessés, notamment à Yopougon, lors de l'écroulement d'une maison. Mais pour Fraternité Matin, on a évité le pire, grâce aux travaux d'assainissement menés par le gouvernement. Le gouvernement qui « a gagné la bataille des grandes zones d'inondation », titre le journal en Une. Fraternité Matin qui félicite celle que l'on surnomme « Maman Bulldozer », Anne Ouloto, la ministre de l'Assainissement et de la Salubrité. « À cette même époque, il y a quelques années, rappelle le journal, c'étaient des morts et des déguerpis en nombre. (…) Mais Anne Ouloto est passée par là, avec ses travaux d'infrastructures de collecte des eaux pluviales, de prévention des inondations et d'élimination des eaux usées. »

Le Covid-19 poursuit son parcours meurtrier...

Enfin, « le Sénégal franchit la barre des 5.000 cas positifs au coronavirus. » Information à la Une du quotidien 24 Heures. Le nombre de personnes ayant été infectées par le virus depuis son apparition dans le pays, le 2 mars, s'élève désormais à 5.090.

Le Monde Afrique le rappelait il y a quelques jours : « même si l'Afrique ne recense que 3% des cas de coronavirus, la pandémie y accélère. » Avec un doublement des cas en moins de 20 jours.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.