Invité international

Tensions au Mali: «Le pouvoir n'a pas mesuré toute l'ampleur de la contestation»

Audio 06:26
Troisième rassemblement de l'opposition place de l’indépendance, à Bamako, Mali, le 10 juillet 2020.
Troisième rassemblement de l'opposition place de l’indépendance, à Bamako, Mali, le 10 juillet 2020. RFI/Coralie Pierret

Après de violentes manifestations à Bamako ce week-end, dans lesquelles plusieurs civils ont péri, le président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé la dissolution de la Cour constitutionnelle. Mais sa tentative de renouer le dialogue et de proposer un gouvernement d'union nationale ne semble pas avoir convaincu la rue. L'appel à poursuivre la contestation, dans le calme, est maintenu. L'analyse de Mamadou Samaké, professeur de droit public et de science politique à l'université de Bamako.