Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une: les derniers développements de la crise au Mali

Audio 04:13
Le Premier ministre malien Boubou Cissé demande à l'imam Dicko de convaincre l'opposition de rejoindre un gouvernement d'union nationale.
Le Premier ministre malien Boubou Cissé demande à l'imam Dicko de convaincre l'opposition de rejoindre un gouvernement d'union nationale. MICHELE CATTANI / AFP
Par : Catherine Potet
9 mn

Publicité

C'est à la Une de Malijet.com « Le Premier ministre demande à l'imam Dicko de convaincre l'opposition de rejoindre un gouvernement d'union nationale ». C'est un proche du gouvernement qui donne l'information et qui précise que « lors d'un tête-à-tête au domicile du chef religieux, figure de proue de la contestation, le chef du gouvernement Boubou Cissé a demandé à l'imam de s'impliquer pour que les acteurs du M5-RFP acceptent la main tendue du chef de l'Etat (Ibrahim Boubacar Keïta) en rejoignant le gouvernement d'union nationale, et en privilégiant le dialogue comme solution incontournable de sortie de crise ».

Derniers développements donc, alors que de son côté Malikilé appelle une nouvelle fois à la « démission » du chef de l'État : « IBK démissionne, le Mali résiste ! » Malikile qui visiblement n'a pas digéré l'intervention de la CEDEAO pour tenter de résoudre la crise. « Les chefs d'état de la CEDEAO, ont sans conteste piétiné la souveraineté de notre pays, avec la complicité du président IBK… qui a laissé faire du Mali un objet sans capacité de discernement et sans faculté de décision »...

Depuis le Burkina voisin, Le Pays n'est pas tendre non plus avec la CEDEAO dont, dit-il, « On se demande si, en volant d'échec en échec, elle ne finira pas par jeté l'éponge »... « D'autant que les protagonistes, en l'occurrence les leaders de la contestation, ne semblent montrer aucune disposition d’esprit à mettre de l’eau… dans leur thé pour donner une chance à la paix ».

La Côte d'Ivoire, où l'ancien président Laurent Gbagbo veut rentrer à Abidjan.

Pour cela, il a besoin d'un passeport. L'Infodrome  se fait l'écho de cette démarche et explique « qu'après plusieurs demandes infructueuses d'établissement d'un passeport diplomatique auprès du ministère des Affaires étrangères à Abidjan, Laurent Gbagbo s'est déplacé auprès de l'ambassade de Côte d'Ivoire à Bruxelles, pour introduire une demande de passeport ordinaire et d'un laisser-passer ». C'est l'avocat de l'ancien président, maître Habiba Touré, qui a rendu la démarche publique, estimant « qu'après son acquittement le 15 janvier 2019 et la levée des conditions restrictives le 28 mai 2020, il est plus que temps pour le Président Laurent Gbagbo, de rentrer chez lui ».

Un non-lieu au Niger pour la journaliste et bloggeuse Samira Sabou

Poursuivie pour « diffamation par voie électronique », Samira Sabou a été libérée après avoir passé « près de 50 jours en détention », nous rappelle Actuniger.com . Elle avait été jugée le 14 juillet dernier, « poursuivie pour diffamation sur plainte du fils et directeur de cabinet adjoint du président de la République. Mais le tribunal de Grande Instance de Niamey a estimé que l'infraction n'était pas constituée et a prononcé un non-lieu en sa faveur ». Pour Actuniger.com, « ce verdict en faveur de la journaliste et bloggeuse conforte les associations de défense des droits humains et libertés publiques surtout internationales qui se sont fortement mobilisées en sa faveur et pour qui ce dénouement sonne comme une victoire ».

En Guinée, une photo à la Une de Ledjely.com

La photo d'un adolescent de 16 ans, Alhassane Barry, qui nous dit-on, a « rejoint hier sa dernière demeure. Alhassane Barry a été tué le 21 juillet, au lendemain de la reprise des manifestations du FNDC, le Front National pour la Défense de la Démocratie, contre le régime du président Alpha Condé ». Ledjely.com poursuit... « Avant l’inhumation, un dernier hommage a été rendu à cette nouvelle victime des forces de sécurité guinéennes à l’hôpital sino-guinéen au quartier Kipé, par ses parents, amis et des membres du FNDC. Une cérémonie qui s’est déroulée sous les cris et pleurs des proches du défunt dont la vie a été arrachée à la fleur de l’âge alors qu’il devait passer son BEPC à partir du 18 août prochain. De nombreuses personnalités ont assisté à ces obsèques, et selon ledejely.com elles ont toutes fustigé les tueries perpétrées par les forces de sécurité pendant les manifestations de l’opposition et du FNDC, avant de réaffirmer leur engagement à poursuivre le combat pour la démocratie en Guinée... »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.