Accéder au contenu principal
Rendez-vous culture

Un tube, une indépendance: 11 août 1960, le Tchad

Audio 03:35
Vue aérienne de Ndjamena, la capitale tchadienne.
Vue aérienne de Ndjamena, la capitale tchadienne. SIA KAMBOU / AFP

Le Tchad célèbre ce 11 août 2020, les 60 ans de son indépendance. Retour sur le Samka, le style musical qui a bercé les cérémonies de l’indépendance, un mélange de folklore local tchadien et de sonorités orientales.

Publicité

Ce 11 aout 1960, jour de l’indépendance du Tchad, un orchestre s’est produit lors de la cérémonie officielle. Sa musique rencontre un vif succès dans tout le pays. Mais son nom comme celui du groupe, restent une énigme. On sait juste que le style musical joué , s’appelle Samka et que c’est un mélange de folklore local tchadien et de sonorités orientales. Abdoulay Tosh est spécialiste des musiques populaires africaines à la Radio Nationale Tchadienne. Très jeune, il assiste à la célébration de l’émancipation de son pays. Il se souvient :

« L’orchestre qui jouait le style Samka était sur place et sa musique a fait fureur. Il chantait dans une sorte d’arabe tchadien la bravoure des grands hommes africains et les louanges du premier président tchadien Ngarta Tombalbaye. Au moment de l’indépendance, notre folklore traduisait une résistance culturelle et la quête d’une identité nationale. Ce sont des musiques populaires fortes et très riches, des merveilles sonores rares qui nous portent directement dans l‘esprit postindépendance, dans la ferveur de la liberté retrouvé. »

Cette chanson du groupe mystérieux, relève du miracle car de cette époque, il ne reste que cet enregistrement sur bande magnétique sauvé d’un bombardement à la Radio National Tchadienne en 2008.

« C’était au moment de la percée des rebelles vers la capitale N’Djamena, la radio a été violement touchée par un obus, tout s’est enflammé et un pan de l’histoire musical du Tchad est parti en fumée…Dans la foulée et la panique, on a réussi à sauver quelques bandes in-extremis de nos archives…Et c’est comme ça qu’on a préservé une partie du patrimoine musical du Tchad. »

Ces musiciens tchadiens des années 60, aujourd’hui quasiment disparus, laissent un héritage traditionnel encore très prisée et sollicité lors d’évènements officiels. Le premier président du Tchad Ngarta Tombalbaye fut son promoteur par excellence. Rien de tel qu’une bonne chanson pour influer sur les masses.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.