Chronique des matières premières

Le Brésil réintroduit 20% de taxe sur l'éthanol des États-Unis

Audio 01:56
40% du maïs cultivé aux Etats-Unis est transformé en éthanol (image d'illustration).
40% du maïs cultivé aux Etats-Unis est transformé en éthanol (image d'illustration). Getty images

Sous la pression de son lobby sucrier, le Brésil impose à nouveau une taxe de 20% sur toutes les importations d’éthanol en provenance des États-Unis. Les relations se tendent entre les présidents Trump et Bolsonaro, sur fond d’enjeu électoral.

Publicité

Le président brésilien avait jusqu’au 31 août minuit pour reconduire le quota hors taxe qui bénéficiait aux importations d’éthanol de maïs des États-Unis. Mais Jair Bolsonaro n’a pas levé le petit doigt. Ce quota d’agrocarburant américain est donc caduc. Il y a un an pourtant, le dirigeant brésilien avait, à la dernière minute, élargi ce quota hors taxe à 700 millions de litres, afin de satisfaire les États-Unis. Cela avait provoqué le tollé de l’industrie brésilienne du sucre et de l’éthanol. Mais il semble loin le temps où Jair Bolsonaro cherchait à tout prix à s’attacher l’amitié de Donald Trump.

Trop d’éthanol au Brésil comme aux États-Unis à cause du coronavirus

Entre temps, il y a eu la crise du coronavirus. La consommation de carburants et donc d’éthanol s’est effondrée aux États-Unis comme au Brésil. Chacun cherche à préserver son marché intérieur et à exporter ses excédents. Le Nord et le Nord-est du Brésil, habituellement dépendants des importations d’éthanol parce qu’ils n’en produisaient pas suffisamment, n’ont pas besoin cette année de l’éthanol américain. La monnaie brésilienne s’est en outre effondrée face au dollar, l’éthanol américain coûte désormais trop cher.

Après l’échec sur l’acier, Bolsonaro veut ménager son propre électorat agricole

Et puis l’élection présidentielle approche aussi au Brésil. Elle est programmée en 2021. Jair Bolsonaro et sa famille sont cernés par les affaires. Et Donald Trump a lâché le Brésil sur l’acier, la semaine dernière : les produits semi-finis brésiliens seront davantage taxés, comme ceux des autres partenaires commerciaux des États-Unis. Désormais Jair Bolsonaro cesse de ménager l’électorat agricole américain pour ménager le sien. Les producteurs brésiliens de sucre et d’éthanol encouragent Brasilia à tout renégocier, les importations d’éthanol américain contre des exportations hors taxe de sucre brésilien. Le dirigeant d’Unica, l’association qui représente l’industrie sucrière au Brésil, le résume très bien : « Bolsonaro a le choix de soutenir les Américains ou les Brésiliens… Et je pense, poursuit-il, qu’il soutiendra ses compatriotes. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail