Accéder au contenu principal
Littérature sans frontières

Oriane Jeancourt Galignani, l'oeuvre au corps

Audio 29:00
L'écrivaine Oriane Jeancourt Galignani en studio à RFI, en juillet 2020.
L'écrivaine Oriane Jeancourt Galignani en studio à RFI, en juillet 2020. RFI/Fanny Renard

Rédactrice en chef de la revue culturelle Transfuge, critique littéraire et dramatique,Oriane Jeancourt Galignani est l’auteure de trois romans, dont Hadamar (prix de La Closerie des Lilas 2017). Elle vient de publier La Femme- écrevisse aux éditions Grasset, une réflexion sur la fascination qu'une oeuvre exerce à travers les siècles et les pays.

Publicité
Couverture du nouveau roman de Oriane Jeancourt Galignai
Couverture du nouveau roman de Oriane Jeancourt Galignai ©Grasset

« Amsterdam, 1642. Maîtresse d’un peintre célèbre, Margot Von Hauser découvre dans son atelier une fascinante gravure. Qui est cette obsédante Femme-écrevisse à corps humain et à tête de crustacé ?
Berlin, 1920. Ferdinand Von Hauser rompt avec sa famille pour devenir acteur de cinéma. De film en film, il découvre qu’en lui sommeille un incontrôlable délire. Et à l’image de cette Femme-écrevisse qu’enfant, il adulait, sa personnalité semble se diviser.
Paris, 1999. Grégoire Von Hauser se croit libre de quitter son pays, d’aimer une inconnue, de choisir sa vie. C’est ignorer les ordres mystérieux de la Femme-écrevisse qui se transmet dans sa famille depuis des générations. Avec lui, un désordre fatal surgit.
Puissant, évocateur, troublant, La femme-écrevisse est le roman de l’éternelle folie des cœurs sensibles dans une société éternellement impitoyable.
 »
(Présentation des éditions Grasset)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.