Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une : la transition investie au Mali

Audio 04:06
L'ancien officier Bah N’Daw (D) va être investi président de la transition ce vendredi 25 septembre à Bamako.
L'ancien officier Bah N’Daw (D) va être investi président de la transition ce vendredi 25 septembre à Bamako. REUTERS/Amadou Keita

Publicité

Journée d’investiture du président de transition, prélude à la nomination du futur Premier ministre. À Bamako, Malikile pavoise, car le Président Bah Ndaou « jouit d’une bonne réputation d’homme intègre, d’une grande probité et peu enclin à se faire dicter ce qu’il doit faire », se félicite ce journal malien.  

Quant à la nomination du Premier ministre, elle devrait en effet « suivre la prestation de serment du Président Bah Ndaou » aujourd’hui, souligne Malikile. Prédisant que, dans la foulée, « il y a de fortes chances » que la CEDEAO « assouplisse les sanctions » contre le Mali, « voire même que cette organisation ouest-africaine les lève « entièrement », ce journal bamakois en appelle à une transition « apaisée ». Et pour cela, l’entente entre le CNPS et le M5-RFP et « indispensable », enjoint Malikile.  

Etant rappelé que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest avait « enjoint de trouver au plus tard le 23 septembre un président et un Premier ministre, tous civils pour conduire la transition », le journal Nouveau Réveil estime que les Maliens auront, « à travers ces nominations, fait un pas de géant sur le chemin du retour à l’ordre constitutionnel. L’acte est d’autant plus important qu’il est intervenu à la veille de la célébration du 60e anniversaire de l’accession du Mali à la souveraineté nationale et internationale, pointe Nouveau Réveil. Un ouf de soulagement donc pour les populations qui risquaient de ne pas avoir l’esprit à la fête au regard de la météo politico-militaire qui prévalait ».

Quand siffle la cocotte-minute ivoirienne

C’est l’escalade verbale en Côte d’Ivoire. Cinq jours après l’appel de l’opposition à la mobilisation et à la « désobéissance civile » contre la candidature d’Alassane Ouattara à un 3e mandat, le climat politique se tend chaque jour davantage dans le pays. Et à la lecture des titres en kiosque, les Ivoiriens auraient à bon droit de quoi être inquiets, le climat de la pré-campagne électorale en cours étant en effet marqué par une vraie escalade verbale.

Le fait générateur de cette escalade langagière du moment est à lire dans l’entretien d’Alassane Ouattara a accordé à l’hebdomadaire français Paris-Match, dans lequel le président ivoirien déclare notamment que la place de son ancien allié Guillaume Soro devrait être « en prison ».

Un président ne devrait pas dire ça

Un président devrait-il dire ça ? Réponse de Guillaume Soro, pointée en Une par le quotidien ivoirien indépendant Soir Info : « un président ne parle pas ainsi… Dans ses propos transparait de la haine ».

À  sa Une , Générations Nouvelles explique qu’il s’agit-là du « recadrage du « fils » à son « père ». Et ce journal, qui est justement proche de Guillaume Soro, estime que « le chef de l’Etat perd le contrôle de la situation », en voyant dans les « attaques » du président ivoirien dans Paris Match « l’aveu d’impuissance de Ouattara ».

Mais ces extraits de la réponse de Guillaume Soro ne sont pas les seuls cités ce matin par la presse ivoirienne. Laquelle, à l’instar du journal Le Nouveau Réveil, proche de l’ex-président Bédié, et du quotidien Aujourd’hui, proche, lui, de l’ex-président Gbagbo, privilégie ces deux autres « petites phrases » de Guillaume Soro en forme de réponse du berger à la bergère: « Il veut me voir en prison. Surement dans la cellule voisine de la mienne ». Ambiance…

En tout cas, à la Une du journal Le Patriote, qui lui est proche, le président ivoirien déclare à ses concitoyens (et c’est un extrait de son discours hier à Sinfra) : « N’ayez pas peur, l’ordre sera respecté dans notre pays ».

De son côté, pour ce journal proche du PDCI d’Henri Konan Bédié qu’est Le Bélier, pas de doute, c’est Alassane Ouattara qui « jette de l’huile sur le feu ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.