Accéder au contenu principal
Géopolitique, le débat

L'Iran dans l'attente

Audio 50:00
Abbas Araghchi, premier interlocuteur iranien en matière de nucléaire, à Vienne, le 1er septembre 2020.
Abbas Araghchi, premier interlocuteur iranien en matière de nucléaire, à Vienne, le 1er septembre 2020. Commission européenne avec Reuters

Regard sur la politique à l’égard de l’Iran à quelques semaines de l’élection américaine. En 2016, Donald Trump candidat avait annoncé qu’une fois président, il ferait sortir les USA de l’accord sur le nucléaire iranien, le JCPOA signé en 2015. 

Publicité

Ce qu’il fit, se disant par ailleurs assuré de pouvoir négocier un meilleur accord qui ne compromettrait pas autant les intérêts des USA, et qui couvrirait un éventail plus large de sujets qui posent question au Moyen-Orient. Quatre ans plus tard, force est de constater qu’aucun nouvel accord n’a émergé, que la tension est très forte entre Téhéran et Washington, et que la guerre n’a jamais été loin entre les deux pays.  
Tension également entre les USA et les pays européens, ces derniers qui tout en étant d’accord avec les objectifs de limitation des activités de missiles balistiques et d’un retour aux engagement nucléaires du JCPOA, ne partagent pas l’approche américaine qui les a éloignés de leur souhait de développer des liens économiques avec l’Iran. Aux USA, la politique à l’égard de la République Islamique est l’une des questions qui divise le plus démocrates et républicains en cette période électorale. Contenir l’activité nucléaire iranienne est une priorité pour les deux partis, mais se pose la question du traitement des milices soutenues par l’Iran qui sont une menace pour la stabilité au Moyen-Orient et un danger pour les intérêts sécuritaires de l’Amérique et de ses alliés. Les difficultés que traverse l’économie iranienne ne pourront qu’inciter Téhéran à une négociation. Reste à savoir ce qui peut être négociable pour Téhéran… entre l’influence régionale et le balistique.
À dix mois de l’élection présidentielle en Iran, le scrutin américain est aussi un enjeu de politique intérieure.

Invités :
- Amélie Myriam Chelly, sociologue, spécialiste de l’Iran et des islams politiques. Chercheuse associée au CADIS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
- Azadeh Kian, professeure de Sociologie et directrice du Centre d’enseignement, de documentation et de recherche pour les études féministes (le CREDEF) de l’Université Paris Diderot
- Georges Malbrunot, Grand reporter pour le Figaro, spécialiste du Moyen-Orient.

Émission enregistrée dans le cadre de la 8ème édition des GÉOPOLITIQUES DE NANTES.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.