Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Aux portes de l’espace en ballon

Audio 02:10
La future nacelle de transport des touristes sera réalisée en fibre de carbone. Pressurisée et résistante aux conditions environnementales à 25 km de haut, elle pourra embarquer jusqu’à 6 passagers.
La future nacelle de transport des touristes sera réalisée en fibre de carbone. Pressurisée et résistante aux conditions environnementales à 25 km de haut, elle pourra embarquer jusqu’à 6 passagers. Zephalto.com

Une entreprise française se lance dans la course au tourisme spatial. Le ballon stratosphérique qu’elle a développé est capable de s’élever à 25 kilomètres d’altitude. Embarquement prévu des premiers passagers en 2024 pour un voyage qui les conduira, presque, aux portes de l’espace.

Publicité

Vous rêviez de jouer les touristes en visitant la Lune ou la planète Mars. Autant vous l’annoncer de suite, au rythme actuel du développement des programmes d’exploration des mondes extraterrestres, jamais de votre vivant, vos pieds ne fouleront leurs sols, avant longtemps. En revanche, entreprendre un vol aux frontières de l’espace est tout à fait envisageable d'ici à quelques mois. Les compagnies Virgin Galactic Blue Origin et SpaceX s'apprêteraient à débuter leur service commercial pour touristes spatiaux fortunés dans le courant de l'année 2021.

Toutefois les premiers tickets d’embarquement s’affichent à environ 220 000 euros. Mais pour tous ceux qui rêvent d'espace à moindre coût, la solution existe ! L'entreprise française Zephalto installée sur la commune de Pouget dans l’Hérault propose « d'emmener des passagers, quelle que soit leur condition physique à 25 km d'altitude, dès 2024, à bord d’un ballon stratosphérique au concept inédit ». Cette jeune société qui est aidée par le Centre national d’études spatiales et l’Agence spatiale européenne multiplie les tests de son prototype dénommé Odyssée 8000. Le ballon a effectué un premier vol d’essai couronné de succès cet été afin de valider la technique du décollage et de l’atterrissage ainsi que de vérifier la structure et la robustesse du dispositif.

L’aérostat est doté d'un « régulateur de navigation » pour régler la durée du vol et l'altitude de croisière. Ce régulateur est un ballon supplémentaire placé sous la nacelle qui se remplit d'air comprimé pour gagner en masse, afin de perdre de l’altitude. Inversement quand on relache l’air du régulateur, le ballon s’élève à nouveau.

Les compresseurs à bord alimentés par panneaux solaires, fonctionnent de façon automatique afin de réaliser un vol en douceur. L’enveloppe de l’aéronef est constituée d’un matériau à base de polymère multicouche qui est réutilisable et recyclable. Sa particularité est d’être résistant au froid, sans être cassant à très haute altitude. La future nacelle de transport des touristes sera réalisée en fibre de carbone. Pressurisée et résistante aux conditions environnementales à 25 km de haut, elle pourra embarquer jusqu’à 6 passagers pour un voyage qui devrait durer entre 4 et 6 heures.

Ce type de vol dans la stratosphère qui n’est pas tout à fait du tourisme spatial, offrira à ses passagers de vérifier que la Terre est bien ronde, n’en déplaise à certains qui prétendent le contraire. Un voyage aux portes de l’espace où la lumière du Soleil côtoie celles des étoiles qui brillent à l’infini.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.