Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une: un premier débat présidentiel chaotique aux États-Unis

Audio 04:50
Donald Trump et Joe Biden lors du débat.
Donald Trump et Joe Biden lors du débat. AFP/Getty Images North America

Publicité

« Vous êtes un menteur », « vous êtes un clown », « vous n’avez rien d'intelligent ». C’est ce qui ressort des premiers commentaires sur les sites en ligne des quotidiens à l’issue du premier débat entre Donald Trump et Joe Biden, les deux candidats à la présidentielle américaine de novembre. « Les échanges ont été vifs entre Trump et Biden lors de ce débat confus », relève Le Figaro.

« Le président républicain et l’ancien vice-président démocrate n’ont pas retenu leurs coups lors d’un débat tendu et parfois confus », pointe également Le Monde, qui remarque que Trump a semblé plus agressif que jamais : « Nombre de médias mettent en avant son ton et ses interruptions répétées durant ce débat. Ainsi, CNN fait remarquer que "le débat a évolué vers des cris, de la rancune et des propos croisés qui ont parfois rendu inaudibles les échanges". "Trump a fréquemment interrompu Biden et Wallace (le journaliste modérateur), dépassé le temps qui lui était imparti et ignoré les autres règles", estime le New York Times. "Ce débat restera comme l’un des pires de l’histoire", a déclaré Aaron Kall, enseignant à l’Université du Michigan et spécialiste des débats présidentiels. »

Covid-19 : alerte en Ile-de-France

En attendant, en ce mercredi matin, les journaux lancent un cri d’alarme à propos de l’épidémie de Covid-19 en Ile-de-France. « Paris pourrait bientôt passer le seuil d’alerte maximale », prévient Le Figaro. En effet, « malgré les dernières mesures – jauge des évènements abaissée à 1 000 personnes, interdiction des rassemblements de plus de dix personnes, fermeture des bars et restaurants après 22h, fermeture des gymnases et salles de sport – la situation continue de s’aggraver et pourrait bientôt faire passer la capitale dans la catégorie zone d’alerte maximale. (…) Et de nouvelles mesures restrictives devraient être appliquées, prévient encore Le Figaro. Comme la fermeture pour 15 jours des bars et restaurants, qui provoque, chez les professionnels du secteur (dans les villes déjà concernées) une colère sans précédent. »

Vers un reconfinement ?

Le Parisien, pour sa part, lance carrément cette question : va-t-on « vers un reconfinement en Ile-de-France ? (…) Nombre de cas de Covid en hausse, hôpitaux sous tension… La région capitale retient son souffle dans l’attente de nouveaux arbitrages. (…) S’agira-t-il d’un nouveau tsunami comme en mars ? Nul ne le sait mais l’optimisme n’est pas de mise, soupire Le Parisien. La question est plutôt de savoir quand des mesures encore plus restrictives seront ordonnées. C’est la préfecture de police qui a la main. "Les voyants sont au rouge", constate-t-on du côté de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. "Je suis très inquiète pour la suite. On se dirige tout droit vers de nouvelles restrictions et des périodes de reconfinement", redoute Anne Souyris, l’adjointe d’Anne Hidalgo chargée de la santé. »

« Sauvé, Willy ? »

À la Une également : le bien-être animal. « Sauvé, Willy ? », s’interroge Libération en première page, pastichant ainsi le titre d’un célèbre film sur un orque en captivité. « Critiqué pour son inaction environnementale, le gouvernement a annoncé hier une série de mesures en faveur des animaux sauvages : la fin programmée des animaux sauvages dans les cirques itinérants, l’arrêt de la reproduction des orques et dauphins en captivité et l’interdiction des élevages de visons destinés à la fourrure. »

Commentaire de Libération : « Une excellente nouvelle. Il reste que la France était clairement à la traîne dans ce domaine : plus d’une vingtaine de pays européens ont déjà limité ou interdit l’exposition d’animaux sauvages. Le gouvernement rattrape donc un retard plus qu’il ne montre l’exemple. »

Embrasement au Haut-Karabakh

Enfin, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Les deux pays s’affrontent dans la région autonome du Haut-Karabakh. « Maintenant que l’engrenage de la violence est enclenché, il va être très difficile de l’arrêter, estiment Les Dernières Nouvelles d’Alsace. Du côté azerbaïdjanais surtout où le despote Ilham Aliyev a fait du retour de cette province arménienne dans son giron l’un des socles de sa politique nationaliste. Le convaincre de rappeler ses troupes ne va pas être simple et aucune chancellerie occidentale n’a ce pouvoir-là. Il n’y a que la Turquie et la Russie pour lui faire entendre raison. »

Un conflit « à fort potentiel explosif, affirme le site Mediapart. Parce que s’y mêlent la violence ethnique, des contentieux historiques et territoriaux vieux d’au moins un siècle, les ingérences de certaines puissances, en particulier la Turquie et la Russie, et le douloureux souvenir pour les Arméniens du génocide de 1915 perpétré par l’Empire ottoman – même si l’actuel conflit ne s’inscrit pas dans le cadre de cette histoire terrible. »

En tout cas, pointe La Croix, « à terme, une paix durable en Arménie passera par un accord avec l’Azerbaïdjan. Dans l’immédiat, l’urgence est à un cessez-le-feu. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.