Accéder au contenu principal
C'est dans ta nature

Un puma est né à Paris

Audio 02:38
Première naissance pour la femelle puma Maeli.
Première naissance pour la femelle puma Maeli. F-G Grandin MNHN
Par : Florent Guignard
9 mn

Son père s’appelle Maceo, sa mère Maeli ; un petit puma, le félin d’Amérique qui ressemble à un très gros chat, est né il y a un mois et demi au Parc zoologique de Paris. Un événement exceptionnel : la naissance a eu lieu face aux visiteurs, et le nouveau-né dispose d’un patrimoine génétique renouvelé.

Publicité

Ce fut l’événement de l’été au Parc zoologique de Paris-Museum national d’histoire naturelle : la naissance d’un puma. Un événement remarquable à plus d’un titre. D’abord, en raison des circonstances. La mère, Maeli, a mis bas en public ! Dans son enclos, face aux vitres qui permettent aux visiteurs d’apercevoir les animaux, le félin a donné la vie, pour la première fois de sa vie. Le 21 août dernier, sous le regard des visiteurs, du personnel du zoo, mais aussi des deux autres pumas qui partagent l’enclos, et qui sont venus observer, à quelques mètres à peine, le spectacle de la vie. Il s’agit d’une autre femelle, Kali, et d’un mâle, Maceo – l’identité du père ici ne fait aucun doute...

Le personnel du Parc zoologique de Paris avait pressenti l’imminence de l’heureux événement quand l’attitude de Maeli avait commencé à changer. « Elle était un plus longue à rentrer le soir, elle avait un comportement un peu plus distant des autres, ce qui nous a mis la puce à l’oreille, raconte Bastien Servières, soigneur. Mais on n’est jamais sûr, faute d’échographies volontaires. » Quand, un matin, l’alerte a été donnée. Dans une des tanières préparées par les soigneurs dans la perspective de la naissance, Maeli s’était installée.

Deux semaines pour connaître son sexe

Tout avait pourtant mal commencé : le premier bébé est mort-né. « Mais après cette triste nouvelle, poursuit Bastien Servières, on a encore vu des mouvements de contractions chez l’animal. » Une deuxième naissance a eu lieu, et cette fois l’issue fut heureuse. « Avec une mère, pour sa première maternité, qui a eu tous les comportements attendus. Elle a léché son petit, l’a déplacé, l’a guidé pour qu’il tête. »

Le petit puma a ouvert les yeux dix jours après sa naissance
Le petit puma a ouvert les yeux dix jours après sa naissance F-G Grandin MNHN

Mais ce bébé, est-ce un mâle ou une femelle ? La question est restée sans réponses pendant deux semaines. « On spécule, on parie, on zoome sur les photos qu’on a faites, se souvient le responsable du secteur Patagonie du Parc zoologique. Mais il n’y a rien de mieux que de s’approcher et regarder. » Ce qui fut fait au 15e jour, « grâce à la confiance établie entre les soigneurs et les félins ». Quand la mère puma est allée se nourrir dans le bâtiment qui jouxte l’enclos, l’équipe vétérinaire a pu réaliser le premier examen médical du nouveau-né. « On a pris un quart d’heure pour cavaler dans l’enclos, vérifier que tout allait bien, en travaillant avec des gants pour ne pas laisser d’empreinte olfactive. Taille, poids, sexe, on s’en va et c’est tout ! Tout le monde était content, on a relâché Maeli, qui est retournée tranquillement auprès de son petit. »

Du sang neuf pour les zoos

Résultat : c’est une fille ! Une femelle dont la naissance est particulièrement importante en raison du patrimoine génétique de son père. Sa mère est née dans un zoo italien, mais Maceo, lui, est un puma venu d’un milieu naturel. Né quelque part au Chili, l’une des zones d’habitat du puma, qui s’étendent du sud au nord de l’Amérique, où il prend le nom de cougar. Maceo est l’un de ces pumas coupable d’attaques de troupeaux d’animaux d’élevage. Ne pouvant être réintroduit dans son milieu naturel, il est arrivé à Paris grâce à un partenariat entre le Museum national d’histoire naturelle et l’ONG Fauna Australis, qui œuvre en faveur de la préservation de la biodiversité tout en permettant aux petits producteurs locaux de vivre de leur travail.

« On a donc pu disposer de la génétique d’un animal sauvage, ce qui nous permet d’avoir une naissance très importante pour la gestion des pumas en milieu captif. » C’est en effet toute la difficulté des naissances dans les zoos : éviter la consanguinité. « En milieu sauvage, ça n’arrive jamais, rappelle Bastien Servières. Jamais un mâle ne trouvera un partenaire sexuel qui s’avère être sa sœur ou sa mère. » A l’approche de l’âge adulte, les jeunes pumas sont chassés, précisément pour éviter des naissances consanguines et la dégénérescence de l’espèce. Avec la petite de Maeli et Maceo, « on va avoir du sang neuf », se réjouit le soigneur. Et un jour, le bébé puma du Parc zoologique de Paris, qui n’a pas encore été baptisé, rejoindra un autre zoo d’Europe, pour connaître à son tour la maternité.

La question de la semaine

« Mon patron me stresse, j’ai besoin de calmer mes nerfs, mais j’hésite : avaler 4 tablettes de chocolat ou égorger un petit chat mignon ? »

Oh la ! Je vous propose une troisième solution, qui vous évitera 2000 calories, ou deux ans de prison en France. Allez donc, en sortant du boulot, dans le parc le plus proche. Asseyez-vous sur un banc, ou mieux, dans l’herbe, au pied d’un arbre, et contemplez la nature… ça ira beaucoup mieux. Vous pouvez aussi demander qu’on installe des plantes vertes dans cet horrible openspace grisâtre qui vous sert de bureau. Une étude scientifique a montré qu’un environnement végétalisé permet d’augmenter de 15% la productivité des salariés. Vous verrez, votre patron, lui aussi, deviendra bien plus zen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.