Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Sébastien Spitzer, fièvre jaune et noirs frissons

Audio 48:30
Portrait de l'écrivain Sébastien Spitzer.
Portrait de l'écrivain Sébastien Spitzer. Crédits : Astrid di Collalanza

Une terrible épidémie de fièvre jaune dans le sud des États-Unis de la fin du XIXème siècle. « La fièvre », le nouveau roman de Sébastien Spitzer sonde l’âme humaine aux prises avec des circonstances extraordinaires.

Publicité

Face à l’incompréhension, face à la peur, face à la mort, chacun réagit différemment. C’est un peu comme si l’épidémie était un révélateur de ce qu’il y a de meilleur ou de ce qu’il y a de pire en l’homme, jusqu’à faire de lui un héros ou un lâche. De cette humanité à la fois forte et faible face à une maladie qui se répand, Sébastien Spitzer a fait un roman. Une histoire de courage, d’amour, de rédemption aussi. Pas dans le monde d’aujourd’hui confronté au coronavirus Covid-19 ; mais dans le sud des États-Unis de la fin du XIXème siècle, dans cette terre sudiste pas encore débarrassée de ses démons esclavagistes et ségrégationnistes, où la fièvre jaune fit des ravages en cette année 1878. « La fièvre » est paru aux éditions Albin Michel.

Reportage : Isaure Hiace s'est rendue au musée Sigmund Freud. Il vient de rouvrir ses portes après 18 mois de travaux de rénovation et d’agrandissement. En plus du cabinet de Freud, on peut désormais visiter l’appartement privé du père de la psychanalyse, tous deux situés dans le vieil immeuble où il vécut de 1891 à 1938.

Retrouvez le règlement complet du jeu concours de VMDN en suivant le lien : → rfi.my/jeuVMDN.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.