Accéder au contenu principal
Alors on dit quoi

Tabou de la sexualité, les réseaux sociaux prennent les devants

Audio 48:30
Camille Aumont Carnel, fondatrice de la page Instagram : "Je m’en bats le clito” ; Sylvie, fondatrice de Maison Madrina et Tsippora, créatrice du podcast “Tant que je serai noire”.
Camille Aumont Carnel, fondatrice de la page Instagram : "Je m’en bats le clito” ; Sylvie, fondatrice de Maison Madrina et Tsippora, créatrice du podcast “Tant que je serai noire”. RFI/Beverly Santu

Le pire ennemi du tabou, c'est le silence. Pour ne pas perturber l’ordre des choses, certains sujets sont tout simplement mis de côté. Ce genre de sujets qui gênent, que les gens n'apprécient pas d'exprimer à voix haute comme le plaisir féminin, la virginité, les pratiques sexuelles, le désir ou encore le consentement.

Publicité

Aujourd'hui, de plus en plus de jeunes se saisissent des questions taboues et tentent de les briser, notamment grâce aux réseaux sociaux.  
Accessibles à tout moment, pour tout un chacun, quels que soient son âge, son milieu, ses moyens ou ses croyances, les réseaux sociaux ont donc grandement contribué à libérer la parole.

Invitées : Camille Aumont Carnel, fondatrice de la page Instagram : “Je m’en bats le clito” ; Sylvie, fondatrice de Maison Madrina et Tsippora, créatrice du podcast “Tant que je serai noire”.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.