Libération des otages au Mali: trop chère?

Audio 49:00
Sophie Pétronin et Soumaïla Cissé le chef de l'opposition malienne sont accueillis à leur arrivée de l'aéroport international de Modibo Keita de Bamako, le 8 octobre 2020.
Sophie Pétronin et Soumaïla Cissé le chef de l'opposition malienne sont accueillis à leur arrivée de l'aéroport international de Modibo Keita de Bamako, le 8 octobre 2020. Michele Cattani/AFP

La libération jeudi dernier (8 octobre 2020) de quatre otages au Mali a suscité beaucoup de joie et d’espoir. Mais, passés les moments d’euphorie qui accompagnent cet heureux évènement, se pose désormais la question du prix payé.

Publicité

Est-ce raisonnable d’échanger quatre otages contre quelque 200 prisonniers parmi lesquels les terroristes qui ont frappé et tué à Ouagadougou, Bamako ou Grand-Bassam ? N’est-ce pas trop cher si, en plus, une rançon est versée aux groupes armés ? Dans la sous-région, beaucoup s’interrogent sur les conséquences de cet accord.

 

Avec nos invités :
- Moussa Mara, ancien Premier ministre malien, président du parti Yelema
- Makan Koné, directeur de publication de l'hebdomadaire malien Nouvelle Libération
- Ibrahim Maïga, chercheur à l’Institut d’études de sécurité ISS - Bamako
- Antoine Glaser, journaliste, écrivain, ancien rédacteur en chef de la Lettre du Continent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail