Aujourd'hui l'économie, le portrait

États-Unis: Randy Yaloz, avocat d'affaires et président de Republican Overseas

Audio 03:28
Randy Yaloz, avocat d’affaires et président de Republican Overseas, fait campagne pour Donald Trump.
Randy Yaloz, avocat d’affaires et président de Republican Overseas, fait campagne pour Donald Trump. Photo DA : Archives personnelles

Aujourd’hui l’Économie-le portrait est consacré en ce mois d’octobre, à différents acteurs socio-économiques aux États-Unis, à 11 jours de l'élection présidentielle. Randy Yaloz, un avocat d’affaires new-yorkais installé à Paris et le président de Republican Overseas, l’organisation qui représente le parti républicain américain à l’étranger. Portrait

Publicité

Randy Yaloz est né dans le New York des années 1970. Il y grandit et étudie d’abord la communication et les sciences politiques à l’université de New York puis de Tel-Aviv. Mais c’est le droit des affaires qui l’attire. Il se forme à New York Law School et à l’université de Panthéon Assas à Paris. C’est en France, il y a 25 ans, qu’il s’installe et se marie.

« C’était un choix personnel. Ça forge votre caractère, c’est un défi aussi quand vous partez, vous quittez votre famille, j’ai quitté sans rien les Etats-Unis, j’ai pu m’établir, développer une clientèle, monter un cabinet et depuis je travaille à l’international avec l’Europe, les Etats-Unis, l’étranger. Et tout ça je l’ai fait tout seul. »

C’est le droit des affaires, et de la propriété intellectuelle: droits d’auteurs, nouvelles technologies, l’Internet que Maître Randy Yaloz tente « de donner corps à l’éphémère », comme il dit, dans ces cabinets à Paris, New-York, Tel-Aviv et Barcelone. C’est aussi de son père immigré d’Afrique du nord et de sa mère immigrée de l’Europe de l’Est aux Etats-Unis qu’il puise sa vision du métier d’avocat d’affaires.

« Le droit n’est pas que le droit en soi. Dans les affaires il faut aussi se mettre dans la position de votre client. Il faut connaitre leurs soucis et savoir quels sont les enjeux pour une société et une fois que vous pouvez vous mettre dans cette situation, vous arrivez à trouver des solutions. Parfois, même si un client a un dossier difficile, c’est peut-être mieux de trouver un arrangement, dire à un moment il ne faut pas dépenser votre argent. Il faut avoir ce côté pragmatique. Quand vous avez travaillé avec différents pays, vos savez comment gérer les litiges, les risques, les coûts, parce que les coûts sont très importants dans un litige, parce que si les gens ou les sociétés n’ont pas les moyens, cela limite leur champs d’action, donc il faut avoir cette attitude. J’ai appris ces atouts de ma famille. Mon père était un enfant sans parents très jeune, qui est venu aux Etats-Unis sans rien, qui a travaillé et qui a pu réussir, du côté de ma mère aussi. Ce sont des gens qui ont survécu la Seconde Guerre mondiale donc travailler dur, comment réfléchir, c’est l’exemple que j’ai eu chez moi. »

En février 2020, juste avant la pandémie de Covid-19, Randy Yaloz est élu président de Republican Overseas, la voix des Républicains américains en France.

« On est là pour aider les Américains qui s’installent, par exemple on travaille sur les questions de fiscalité, on gère les inscriptions sur les listes électorales pour les élections, on essaye aussi de constituer un groupe de réflexion, on organise des conférences, des cocktails, on partage la position du parti républicain avec la presse, on est là pour cela. »

Ce père de quatre enfants qui pratique la course à pied et les sports nautiques pendant son temps de libre et aime être en famille est un homme engagé aux côtés du président Donald Trump, candidat à un deuxième mandat, malgré ses outrances et les oppositions virulentes qu'il suscite.

« On lui reproche beaucoup de choses depuis le début. Les gens n’aiment pas son style. C’est un homme d’affaires, il aime bien l’attention, il dit les choses comme il les pense et je peux comprendre que cela gêne, cela vexe, mais il faut regarder les résultats, mais est-ce qu’il a compris les choses qui sont bien pour son pays ? Oui. Il a réduit le chômage à des taux record pour les afro-américains, pour les femmes, les latinos, en cinquante ans on n’a jamais eu un taux de chômage aussi bas et c’est le point le plus important pour les Américains.

Après, tout le monde dit " oui sa réaction au Covid-19... ", il a réagi : (concernant) le taux de mortalité du Covid-19 aux Etats-Unis, si on met cela en rapport avec la population on est au même taux que l’Italie et l’Espagne, il a fait comme il a pu et avec les informations des scientifiques qu’il avait. Il a aidé financièrement tous les Américains pendant cette période, récemment il a même signé un décret important, qui interdit toute expulsion des Américains de leur appartement. Et moi-même je pense que c’est un peu dur pour les Américains qui sont propriétaires, et je peux avoir un point de vue différent, et j’espère qu’il va tenir compte des Américains qui ont un prêts et qui doivent rembourser la banque et qu’il leur donne aussi des moyens pour échelonner ou suspendre ces paiements. Pour l’Américain moyen qui gagne un petit salaire, il est là. Il agit. Il les protège. Il a aussi réussi à stimuler l’économie, et à augmenter les emplois de 1,5 à 2 millions ces derniers mois, donc il faut le laisser continuer ce travail. »

Randy Yaloz, mène aussi le combat en faveur de Donald Trump en publiant des articles, le moyen de faire entendre la voix des Républicains américains en France.

Sites internet :

https://republicansoverseas.com/

https://elc-paris.com/

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail