Accents d'Europe

Les nouveaux visages de l’esclavage «moderne»

Audio 19:30
Des employées de maison éthiopiennes, travaillant dans de très mauvaises conditions, rassemblées devant le consulat éthiopien, à Hazmieh, à l'est de Beyrouth (Liban), le 4 juin 2020.
Des employées de maison éthiopiennes, travaillant dans de très mauvaises conditions, rassemblées devant le consulat éthiopien, à Hazmieh, à l'est de Beyrouth (Liban), le 4 juin 2020. AP Photo/Hassan Ammar

«Nul ne sera tenu en esclavage ou servitude», c’est l’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Un article qui sert de socle à toutes ces plaintes en justice pour esclavage moderne. Qu’il s’agisse de travailleurs non déclarés, d’employés de maison captifs, ou de prostituées exploitées.

Publicité

Les enfants dans l’agriculture italienne

Dans le sud de l’Italie, par exemple, des milliers de travailleurs agricoles s’échinent à récolter fraises, pommes de terre, tomates dans des conditions souvent exécrables : journées de douze à quatorze heures de travail pour des salaires qui varient de 250 à 600 euros par mois. Les contrats de travail sont inexistants, ou mensongers. Ces ouvriers, pour la plupart étrangers, sont venus, bien souvent avec leurs enfants qui n’ont pas de statut légal. Des enfants qui travaillent sans être payés, Cécile Debarge.

Les aides soignantes d’Europe de l’Est

Elles n’apparaissent dans aucune statistique, travaillent le plus souvent sans assurance-maladie, bien en-dessous du salaire minimum. Et sans elles, le système de soins aux personnes âgées dépendantes serait appelé à s’effondrer. En Allemagne, des centaines de milliers de femmes venues de pays de l’Europe de l’Est prennent soin à domicile d’une population vieillissante. Pour beaucoup, dans l’illégalité et victimes d’une véritable exploitation. Depuis Berlin, reportage de notre correspondant Julien Mechaussie…

Les prostituées latino-américaines

Elles sont des milliers en Espagne, originaires d’Amérique latine et exploitées dans des réseaux de prostitution. Pour la première fois, l’une d’elles a réussi à obtenir de la justice la reconnaissance d’un lien de travail, qui la lie à ses employeurs. Non seulement ils devront lui payer des indemnités de licenciement, mais ils pourraient aussi être contraints à lui verser tous les arriérés de sécurité sociale. À Madrid, Diane Cambon nous explique en quoi l’histoire de cette femme colombienne qui a porté plainte est un exemple.

Les ouvriers de l’industrie textile au Bangladesh

Et les esclaves modernes sont parfois cachés dans les méandres de la sous-traitance. C’est le cas des ouvriers du textile qui, en Asie, fabriquent à bas prix les vêtements des grandes enseignes européennes. Notre correspondant dans la région, Sébastien Farcis, a beaucoup enquêté sur ce marché. Le Bangladesh est le deuxième producteur de vêtements au monde, surtout des vêtements bon marché, produits en masse, bref ce qui alimente ce qu’on appelle la fast fashion.

La chronique musique de Vincent Théval

Et pour notre chronique musique, on embarque aux Pays-Bas avec Vincent Théval qui nous fait découvrir une mélodie pop aux accents un peu rétro, signé Don Melody Club.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail