Accents d'Europe

Les femmes, premières victimes de la pandémie

Audio 19:30
Déconfinement : comment éviter la deuxième vague ?
Déconfinement : comment éviter la deuxième vague ? iStock / alvarez

Elles ont été les premières victimes de la pandémie, les femmes. À cause de la précarité économique, de la double charge du travail et de l’école à la maison, mais aussi de la violence domestique.

Publicité

Dans le sud de la France à Marseille, un lieu atypique a ouvert ses portes en mars 2021. Une ancienne auberge de jeunesse accueille désormais des femmes victimes de violence avec leurs jeunes enfants.

Dans la deuxième plus grande ville de France, un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté. Il s’agissait donc d’une priorité pour la nouvelle équipe municipale de gauche, et pour la préfecture. Visite de «l'Auberge Marseillaise» avec Carlotta Morteo.

On en sait un peu plus sur le coût économique de la pandémie pour les femmes italiennes. Il y a quelques semaines, l'Institut national des statistiques a publié un rapport sur marché du Travail en 2020 : il met en évidence la grande inégalité entre les hommes et les femmes, Franceline Beretti. 

C’est ce qu’on appelle, selon le titre d’un roman français : une femme puissante.

En Hongrie, Klara Dobrev est la seule femme en lice pour affronter le Premier ministre nationaliste Viktor Orban aux prochaines législatives, au printemps 2022. Une position pas facile pour cette femme de gauche qui est déjà eurodéputée. Car elle est devenue le bouc émissaire de l’empire médiatique qui appartient à Viktor Orban. Mais, les attaques n’entament pas sa détermination, Florence Labruyère.

On n'a pas fini de parler de la visite du président Joe Biden en Europe. Le début du réchauffement après l’ère glaciaire de Donald Trump. Et peut-être de grandes avancées sur la scène internationale avec, notamment, la rencontre mercredi prochain (16 juin 2021) entre Joe Biden et Vladimir Poutine. Pour en parler, on retrouve Virginie Lepetit du magazine Courrier International qui titre cette semaine : « Diplomatie, le bal des empires ».

Et on commence par l’hebdomadaire russe Expert qui voit dans la rencontre, la semaine prochaine, entre les deux leaders américain et russe, les  enjeux sont de taille : éviter une guerre en mer de Chine... et des ruptures dans l’approvisionnement de l’économie américaine.

Taiwan apparaît comme l’endroit le plus dangereux du monde !!! C’est The Economist qui le dit en couverture de son édition du 1er mai. L’île-État est au coeur d’une bataille stratégique. Les États-Unis redoutent de n’être plus en mesure d’empêcher la Chine d’annexer Taïwan. Mais ce constat, plusieurs journaux chinois le font aussi, qui spéculent sur une invasion éclair. Et vont même jusqu’à s’interroger sur les chances de l’armée chinoise, en modernisation constante, face aux forces américaines, pour le moment supérieures. Le New York Times, quant à lui, publie de la géopolitique fiction pour tenter de comprendre la compétition qui s’est nouée entre les deux puissances. 

Cette rencontre Biden - Poutine, c’est aussi un test des valeurs démocratiques. C’est ce que souligne en effet le Financial times, qui se demande, compte tenu des enjeux géopolitiques, si Joe Biden, qui s’est pourtant montré dur envers Vladimir Poutine, sera en mesure de parler de l’opposant Alexei Navalny, du journaliste biélorusse Roman Protassevitch, ou encore de l’Ukraine. En d’autres termes, la défense des droits de l’homme est-elle totalement compatible avec les intérêts américains ?

La chronique musique de Vincent Théval

On part au Royaume-Uni après un détour par Trinidad, avec un jazzman poète Anthony Joseph et «The gift».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail