Accents d'Europe

Les résidents européens pris au piège du Brexit

Audio 19:30
© REUTERS/Tom Jacobs

Tous les Européens résidant au Royaume-Uni et demandant un permis de résidence, l’obtiendront-ils ? Officiellement, la date limite de dépôt est fixée au 30 juin 2021 à Minuit. Mais à l’approche de cette limite fatidique, on sent comme un vent de panique chez les 400 000 Européens qui n’ont toujours pas résolu ces problèmes de papier. Et les fonctionnaires britanniques du ministère de l’Intérieur sont débordés. Bref, le Brexit est un casse-tête aussi pour les Britanniques d’adoption. Revue de détail avec les principaux intéressés, reportage signé Marie Billon.

Publicité

Et aux Pays-Bas, c’est un autre débat qui agite la communauté britannique qui s’est installée dans le pays. Auront-ils le droit de demander la double nationalité ? La question est d’importance surtout que plusieurs milliers de résidents n’ont toujours pas réglé leurs problèmes administratifs. Les explications à La Haye d’Antoine Mouteau.

 

Les enseignants français de l’Université Galatasaray

Les expatriés pris au piège des bouleversements politiques. C’est exactement ce qui se passe en Turquie. L’Université Galatasaray, symbole de la coopération franco-turque, avec un cursus proposé aux 5 000 étudiants dans les deux langues, est en quelque sorte en sursis. Les autorités turques refusent de renouveler le permis de travail de tous les enseignants français qui ne maitrisent pas suffisamment la langue turque. Une décision qui met tout simplement en danger la survie de l’établissement. À Istanbul, Anne Andlauer.

Et pour notre chronique En un mot où l’on vous explique un mot ou une expression qui vient d’un pays voisin. Nous avons choisi aujourd’hui le DAD. En Italie, voilà un an et demi qu’on l’utilise à toutes les sauces. DAD c’est littéralement la Didactique à Distance, soit l’enseignement à distance. Et autant dire qu’après une année scolaire particulièrement difficile, personne ne souhaite revenir au DAD l’année prochaine, Cécile Debarge.

Et après la sortie du confinement, voilà un musée qui fait de la résistance. Depuis le 5 juin 2021, la Galerie nationale de Bosnie-Herzégovine à Sarajevo présente une nouvelle exposition permanente baptisée la « Galerie de l’enthousiasme ». Un goût pour le paradoxe, alors que la survie même du musée est tout simplement menacée Laurent Geslin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail