Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La France ambitionne d’augmenter la production de protéines végétales

Audio 01:33
Un agriculteur récolte le soja à Voivres-lès-le-Mans, dans le nord-ouest de la France.
Un agriculteur récolte le soja à Voivres-lès-le-Mans, dans le nord-ouest de la France. AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER
Par : Altin Lazaj
4 mn

La France veut augmenter les surfaces consacrées aux cultures riches en protéines végétales. Le gouvernement a détaillé en ce début de semaine un plan qui vise surtout à réduire la dépendance des éleveurs aux matières premières importées comme le soja. 

Publicité

La France ne produit pas assez de protéines végétales comme les lentilles, les fèves, le colza ou le soja. L’Hexagone n’assure que la moitié de ses cultures riches en protéines pour l’alimentation animale, et ne produit qu'un tiers de sa consommation nationale pour l'alimentation humaine.

La crise sanitaire liée au Covid-19 a souligné plus que jamais la nécessité pour le pays de retrouver une souveraineté alimentaire.

Pour rendre le pays plus autonome, le gouvernement a donc décidé de doper la production nationale de légumineuses et autres protéines végétales. Sa stratégie est d’augmenter de 40%, d’ici 3 ans, les surfaces consacrées à ces cultures, soit 400 000 hectares supplémentaires. A plus long terme, l’objectif est de doubler les surfaces pour atteindre 2 millions d’hectares d’ici 2030, soit 8% de la surface agricole utile. Une politique à laquelle adhèrent pleinement les acteurs de cette filière. 

Pour aider ces agriculteurs à augmenter leur production, l’État est prêt à mettre sur la table plus de 100 millions d’euros, via un fonds qui financera aussi bien les outils de production que les infrastructures de stockage ou la chaîne de distribution.

Cette stratégie va ainsi permettre à la France d’être moins dépendante de la fluctuation des marchés mondiaux et des importations, en particulier des protéines végétales sud-américaines comme par exemple le soja, très consommé par les animaux. 

C’est aussi un défi environnemental pour le gouvernement. Les tourteaux de soja, importés principalement des pays d’Amérique latine, sont parfois responsables de la déforestation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.