Chronique des matières premières

Possible levée des taxes Trump sur l'acier et l'aluminium européen

Audio 01:36
Les prix ont augmenté de manière inédite ces six derniers mois : 30 à 40 % pour l’acier, ce qui a eu pour effet de noyer l’impact de ces taxes américaines.
Les prix ont augmenté de manière inédite ces six derniers mois : 30 à 40 % pour l’acier, ce qui a eu pour effet de noyer l’impact de ces taxes américaines. © Getty Images/Monty Rakusen

Le conflit commercial entre l'Union européenne et les États-Unis était au menu du sommet transatlantique aujourd'hui. Les taxes imposées par Donald Trump sur l’acier et l’aluminium européen pourraient être levées. Quel impact pour le marché ?

Publicité

C’est un conflit qui empoisonne les relations entre Washington et Bruxelles depuis 2018 : 25 % de taxes sur l’acier européen, 10 % sur l’aluminium européen. Donald Trump avait frappé fort pour soutenir la sidérurgie américaine. L’Europe avait répondu par des taxes sur les motos Harley-Davidson, le tabac ou encore le jus d’orange en provenance des États-Unis.

Aujourd’hui, Joe Biden pourrait annoncer une levée de ces taxes qualifiées de punitives par Bruxelles, levée d'ici au 1er décembre prochain, dans l’esprit d’apaisement qui prévaut depuis son arrivée à la Maison Blanche.

Un geste politique très attendu par l’Union européenne qui demande des actes et pas que des intentions. Mais ce geste diplomatique ne devrait pas chambouler le marché européen de l’acier et de l’aluminium. Et pour cause, les prix ont augmenté de manière inédite ces six derniers mois : 30 à 40 % pour l’acier, ce qui a eu pour effet de noyer l’impact de ces taxes américaines.

L’acier se fait rare et cher, les taxes ont impact marginal

Les tendances lourdes de l’économie liées à l’offre et à la demande sont plus importantes que l’impact de ce type de mesures protectionniste, explique un expert du secteur. Aujourd’hui, le marché est tendu, sans aucun rapport avec les taxes.

Tout le monde cherche à importer de l’acier. Aux États-Unis comme en Europe, le lobby des constructeurs automobiles fait pression dans ce sens, donc peu probable que les exportations européennes bondissent après la levée des taxes si elle se confirme.

Le marché américain n’est pas majeur pour l’Europe ajoute un industriel français, qui estime lui aussi que la levée des taxes ne changera pas la face des échanges européens. Ce raisonnement est encore plus vrai pour l’aluminium. Le marché est, en effet, devenu bien plus ouvert géographiquement encore que celui de l’acier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail