Chronique transports

Les ponts, des ouvrages à soutenir

Audio 02:31
Le pont le plus haut du monde est en France, à Millau. Un record de hauteur de pylônes (343 mètres).
Le pont le plus haut du monde est en France, à Millau. Un record de hauteur de pylônes (343 mètres). © AFP/Pascal Pavani

En 2021, on pourrait penser que les passerelles et les ponts sont construits pour résister aux charges et aux aléas climatiques. C'est dans la surveillance et l'alerte que de nouveaux outils vont apparaître.

Publicité

Qui l’eut cru ? C’est un directeur de cirque, le cirque Barnum, qui a redonné confiance aux New-Yorkais. En 1883, les rumeurs disaient que le pont de Brooklyn, flambant neuf, n’était pas solide, il menaçait de s’effondrer sous le poids des véhicules. 

Les traditions autour du pont existent sur tous les continents du monde. Les ouvriers ont l’habitude de marquer ou de laisser des objets dans les fondations pour y apporter le bonheur et la protection. Un symbole phallique est inscrit sur le pont du Gard. L’ouvrage français remonte à l’Antiquité mais aujourd’hui encore, le pont symbolise la puissance et revêt une dimension sacrée. 

Ponts et religions

En Afrique, le côté sacré du pont se manifeste avant même la construction d’un pont. Les habitants invoquent les esprits pour porter chance à l’ouvrage. D’ailleurs en Côte d’Ivoire, il existe un pont de lianes tressées qui enjambe le fleuve Cavally est reconstruit chaque année. Ce pont est lui-même considéré comme un espace sacré, on y marche uniquement pieds nus. 

Dans certaines religions, des ponts marquent la séparation entre le monde des vivants et des morts, celui des profanes et celui du sacré. Au Japon, il existe des ponts bombés, les ponts de la pleine lune. Pour y accéder, il faut escalader des marches sur des collines. L’effort demandé est tel qu’il permet d’atteindre un niveau physique et spirituel pour entrer au paradis.      

Constante du rituel

Des histoires comme celle-ci, l’historienne Elisabeth Dumont-Le Cornec peut en citer des dizaines : « En Côte d’Ivoire, lorsque le pont commence à montrer des signes d’usure, les villageois interrogent les ancêtres. Ils lancent en l’air une noix de Kola et de la façon dont la noix retombe, ils savent s’ils doivent reconstruire ou simplement réparer le pont. »

Elisabeth Dumont-Le Cornec a découvert que de tels rituels existent aussi en Amérique Latine, notamment au Pérou. Dans la région de Cusco, au-dessus de la rivière Apurimac, les ponts sont aussi reconstruits régulièrement. Les cordes sont tressées par les femmes et les piliers par les hommes. La nuit qui précède l’inauguration, le chaman reste seul sur le pont. C’est seulement le lendemain que les habitants ont le droit de traverser.          

Un concours d’idées pour la surveillance et l’alerte 

Pour éviter des effondrements de pont comme à Gênes en 2018, en Italie, ou en ce début de mai 2021 au métro aérien de Mexico, la France a lancé un concours auprès d’ingénieurs. Le gouvernement travaille avec le Cerema, le Centre des matériaux et de l’aménagement du Territoire, pour améliorer les outils de surveillance et d’alerte. 

Il faut penser le pont comme un malade avec son médecin. La formule est de Pierre Corfdir, ingénieur au Cerema, le Centre chargé des transformations du territoire. Ce spécialiste des matériaux et des ponts a supervisé le concours.

« Les dix prochaines années vont apporter des innovations formidables. Les jeunes ingénieurs sont en train d’utiliser l’intelligence artificielle pour faire des ponts connectés. De nouveaux capteurs pour mesurer le comportement du pont. Mais aussi des progrès sur les images automatisées de haute qualité. Le gestionnaire sera alerté en temps réel. Grâce à une telle prévention, il sera plus efficace. Le coût des travaux en sera réduit. »  

La Chine, championne du monde

Parmi les pays prêts à investir dans des ponts connectés, les pays émergents. Tous les continents sont concernés avec des puissances comme l’Inde, la Chine et le Nigeria.

Le pont le plus haut du monde est en France, à Millau. Un record de hauteur de pylônes (343 mètres). Mais la Chine n’est pas loin. En longueur, elle occupe le podium. Les quatre ponts les plus longs du monde (164 km pour le Danyang-Kunshan) sont en Chine. D’autres géants suspendus seront construits en Chine dans les dix ans à venir. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail