Peut-on réinsérer les anciens jihadistes dans la société ?

Audio 29:30
Quelques-uns des visages des victimes des attentats du 13 novembre 2015.
Quelques-uns des visages des victimes des attentats du 13 novembre 2015. CC

Un procès historique s'est ouvert aujourd'hui, mercredi 8 septembre, en France : celui des attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts à Paris et en région parisienne. Dans la foulée de ces attaques, l'Etat francais qui a traditionnellement une approche sécuritaire de la lutte contre le terrorisme, a tenté d'apporter une réponse inédite avec la création du Centre de prévention et d'insertion à la citoyenneté (CPIC), tout premier centre de déradicalisation, en Indre-et-Loire. L'expérience a néanmoins tourné court. Le centre a fermé ses portes en 2017 et d'autres associations ont ensuite repris le flambeau. Peut-on réinsérer les anciens jihadistes dans la société ?  

Publicité

 

 

Débat avec : 

David Vallat, ex-jihadiste, aujourd’hui chargé d’affaire dans l’Industrie, auteur du livre « Terreur de jeunesse », paru aux éditions Carman Lévy. 

Alex Alber, sociologue, maitre de conférences à l’université de Tours et co-auteur de l’enquete « Un impossible travail de déradicalisation », aux éditions Erès. 

Jules Boyadjian, directeur du Pôle Justice - Programme d'Accompagnement Individualisé et de Réaffiliation Sociale (PAIRS), un service crée par l’association Groupe SOS solidarité. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI