Grand reportage

Chine: l’impossible révolte des coursiers chinois

Audio 19:30
Coursiers, à Shanghai (Chine).
Coursiers, à Shanghai (Chine). © Barcroft Media via Getty Images - Barcroft Media

Pour eux, il n’y a pas de monde d’après. Qualifiés de héros pendant l’épidémie de Covid pour avoir contribué au ravitaillement des mégalopoles chinoises confinées, les livreurs sont toujours confrontés à l’inflexibilité des algorithmes et aux conditions de travail dégradées en Chine. La disparition de Chen Guojiang, en février 2021, a révélé la colère et l’impuissance d’une profession. Après avoir tenté de fédérer l’armée des invisibles en scooter, ce coursier pékinois a été arrêté.

Publicité

Les autorités chinoises ont depuis repris une partie de ses revendications, mais pas question de laisser les nouveaux forçats de la route se rassembler pour défendre leurs droits.

«Chine: l’impossible révolte des coursiers chinois», un Grand reportage de Stéphane Lagarde et Huang Chenkuang. (Rediffusion du 27 mai 2021)

LIENS :

Pour aller plus loin… 

- Renwu 2020

- Labor note 2021

- China Labor Bulletin 2021. 

La Chine compte plus de 7 millions de livreurs « waimai » (les plats à emporter) selon les chiffres des deux principales plateformes de livraisons chinoises, Meituan et Ele.me qui employait Chen Guojian (@FGuojiang), le livreur arrêté le 25 février 2021 à Pékin. Il faut ajouter à ces deux entreprises, l’ensemble des services de livraison organisés notamment par certaines chaînes de restaurants. Selon le journal Zhihu, 446 000 entreprises de livraisons de plats préparés ont dégagé 650 milliards de yuans (plus de 80 milliards d’euros) de bénéfices en 2020. Une industrie de la livraison qui prend des bras aux usines. Malgré les dangers d’un métier rythmé par les ordres des algorithmes, les horaires flexibles de la vie des livreurs à scooter continuent d’attirer, chaque année, des centaines de milliers de jeunes ouvriers migrants. Une profession surveillée comme le lait sur le feu par les autorités. Les revendications des livreurs sont régulièrement mis en avant par la presse d’État. En 2018, le sociologue Chen Long a passé 5 mois dans une station de livraison. Son rapport a été publié par l’Université de Pékin (lien ici). Plus récemment, un officiel s’est également mis dans la peau d’un coursier. Pendant 12 heures seulement, mais sa vidéo constatant la difficulté du métier n’a elle pas été censurée (à lire sur le SCMP).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail