Journal d'Haïti et des Amériques

Les défis de Martin Walsh, le monsieur «Travail» de Joe Biden

Audio 19:30
Le maire de Boston Martin J. Walsh lors d'une conférence de presse, annonçant la candidature de la ville aux JO-2014, le 9 janvier 2015 à Boston.
Le maire de Boston Martin J. Walsh lors d'une conférence de presse, annonçant la candidature de la ville aux JO-2014, le 9 janvier 2015 à Boston. GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Par : Mikaël Ponge
22 mn

À l’heure où démocrates et républicains tentent de trouver un compromis sur le plan de relance de l’économie américaine mise à terre par la pandémie, le Sénat entendra le jeudi 4 février 2021, Martin Walsh, choisi par Joe Biden pour devenir secrétaire au Travail.

Publicité

 

Ancien col bleu, ancien syndicaliste, «Marty Walsh» est l’actuel maire de Boston. Sa nomination a été saluée par l’AFL-CIO, la plus grosse confédération syndicale des États-Unis ? Un geste fort après la rupture entre syndicats et démocrates sous la présidence Obama. Martin Walsh, qui sera sous le feu des projecteurs comme sans doute peu de ses prédécesseurs l’ont été, du fait de la crise sanitaire qui a mis au chômage des millions d’Américains. Pour en parler, notre invité Donna Kesselman, spécialiste du monde du travail.

  • Haïti : le compte à rebours lancé par l’opposition

Pendant que les syndicats des transports ont lancé un avis de grève générale ce lundi 1er février 2021 et demain pour dénoncer l’insécurité, l'opposition haïtienne considère elle le dimanche 7 février 2021 comme la date de fin de mandat du président Jovenel Moïse. Cette opposition qui vient de s'entendre sur une proposition de sortie de crise après plusieurs mois de discussions. Les principales organisations se sont mises d'accord sur la création d'une commission pour la transition, qui sera appelée CNT. «Cette structure de 15 membres choisira le prochain président qui devrait remplacer Jovenel Moïse», explique le quotidien Le Nouvelliste.

  • Salvador : le parti présidentiel accusé d’attiser les tensions avant les élections

En pleine campagne électorale, une attaque a visé dimanche 31 janvier 2021 un meeting d'un parti de gauche. Bilan : deux morts et cinq blessés. Le président Nayib Bukele, dont le parti est en tête des sondages, est sous le feu des critiques. Il y a quelques jours, il avait critiqué les accords de paix signés en 1992 entre l'armée et l’ancienne guérilla FMLN. Pour le secrétaire général du FMLN, le président Bukele «est un sauvage» qui a «conduit le pays au chaos», rapporte le média Contrapunto.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail