Journal d'Haïti et des Amériques

Le bruit de la contestation en Haïti

Audio 19:30
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Port-au-Prince le dimanche 28 mars 2021 pour exprimer leur opposition à ce qu’ils considèrent une volonté de réinstaurer la dictature.
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Port-au-Prince le dimanche 28 mars 2021 pour exprimer leur opposition à ce qu’ils considèrent une volonté de réinstaurer la dictature. © VALERIE BAERISWYL/AFP

Ils étaient à nouveau dans les rues de Port-au-Prince hier (29 mars 2021) pour manifester leur colère. Pour la deuxième journée consécutive, les Haïtiens, lundi 29 mars 2021, jour anniversaire de la Constitution de 1987, ont dénoncé le projet de référendum constitutionnel de Jovenel Moïse.

Publicité

Un peu moins nombreux peut-être, mais comme la veille, les Haïtiens ont une nouvelle fois manifesté lundi 29 mars 2021, contre le président Jovenel Moïse et son projet de référendum constitutionnel prévu le 27 juin. « Au-delà du calendrier électoral et référendaire qu’il veut imposer, avec le soutien de l’international, c’est la reproduction d’un pouvoir inégalitaire et subalterne qui est rejeté » écrit le site en ligne Alterpresse et se demande : serait-ce « l’amorce d’un recommencement de la révolution haïtienne ? ». Son rédacteur en chef, Gotson Pierre est en ligne de Port-au-Prince.

  • Amazon suspendu au dépouillement dans l’Alabama

Apres le vote, débute ce mardi 30 mars 2021, le dépouillement des bulletins des 5 800 employés du site d'Amazon de la banlieue de Birmingham dans l’Alabama aux États-Unis. Ils ont eu à se prononcer sur la création d'un syndicat. Si le oui l’emporte, ce sera alors une première aux États-Unis. Amazon, qui redoute un effet tache d'huile à ses autres entrepôts, a mené campagne pour le non, et réfute les accusations de maltraitance lancées par les employés qu'Anne Corpet est allée rencontrer.

  • La valse des ministres au Brésil

Dans un pays ravagé par la pandémie de Covid avec plus de 314 000 morts, le président Jaïr Bolsonaro a remanié, lundi 29 mars 2021, son gouvernement a changé six ministres. Des annonces étaient attendues depuis le mois de février 2021, alors que son gouvernement est fragilisé par l'aggravation de la crise sanitaire. Le départ du ministre des Affaires étrangères Ernesto Araujo était attendu, il était très controversé pour avoir entravé l'importation de vaccins de Chine notamment, en revanche celui de la Défense a surpris. Pour Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'OPALC, l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes, et fin connaisseur du Brésil, l'armée se trouve désormais dans une position très inconfortable.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail