Journal d'Haïti et des Amériques

Cuba: les raisons de la colère

Audio 19:30
Des manifestations d'une ampleur inédite sont survenues dans les rues de plusieurs villes cubaines. La Havane, le 11 juillet 2021.
Des manifestations d'une ampleur inédite sont survenues dans les rues de plusieurs villes cubaines. La Havane, le 11 juillet 2021. © ALEXANDRE MENEGHINI/REUTERS

Trois jours après les manifestations inédites qui ont secoué l’île castriste, le dimanche 11 juillet 2021, le gouvernement qui a rétabli l'internet mobile tente de reprendre le contrôle et vient d'annoncer une salve de mesures afin de ramener le calme.

Publicité

Parmi ces mesures, la levée des restrictions afin que les voyageurs puissent emporter à partir du lundi 19 juillet 2021 de la nourriture, des médicaments et des produits d'hygiène à volonté sans payer de droits de douane. Le président Miguel Diaz-Canel estime que le gouvernement «doit procéder à une analyse critique des troubles afin qu'ils ne se reproduisent pas». Dimanche dernier (11 juillet), ils étaient des milliers dans les rues de Cuba, en majorité des jeunes.

Des manifestations inédites sur fond de crise économique, aggravée par la crise du coronavirus et les sanctions américaines. Le site d’information indépendant 14yMedio parle de 5 000 arrestations depuis. Le gouvernement tente de reprendre le contrôle et dans les rues cubaines, policiers et militaires ont été mobilisés. Mais, pour l’instant, les jeunes qui réclamaient du changement ne se sentent pas entendus, et ces manifestations semblent être un signe des temps qui changent à Cuba.

  • Haïti : l’enquête progresse, la société civile se mobilise

L'assassinat du président haïtien Jovenel Moïse par un commando armé, le 7 juillet 2021, a été planifié depuis la République Dominicaine voisine, selon le chef de la police. Sur une photo devenue virale sur les réseaux sociaux, comme nous le détaille Frantz Duval, rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste. Mercredi 14 juillet, Dimitri Hérard, le chef de la sécurité du palais présidentiel a été placé en détention. Au total, quatre responsables de la sécurité du président ont été placés en isolement et 24 agents sont frappés de mesures conservatoires, selon Léon Charles, le chef de la police.

Néanmoins, d’après le média colombien Noticias Caracol qui dit s'appuyer sur des sources au sein du FBI, et des sources également en Haïti, l'assassinat aurait «commencé à être planifié en novembre 2020 dans le bâtiment du siège de CTU Security à Miami». Parmi les participants à cette réunion, notamment : l'Américain d'origine haïtienne, James Solages, et l'Haïtien Christian Emmanuel Sanon, tous les deux arrêtés ces derniers jours à Port-au-Prince. Selon Caracol, ils auraient planifié à l'époque d'enlever le président pour placer au pouvoir l'actuel Premier ministre par intérim Claude Joseph.

Pendant que ces différentes pistes sont explorées, se pose toujours la question de qui doit diriger le pays. Une grande conférence citoyenne devait se tenir, ce jeudi 15 juillet 2021, à Port-au-Prince, à l'initiative de la Commission pour la recherche d'une solution haïtienne à la crise. Elle est finalement reportée à samedi. Son objectif est de trouver un consensus politique haïtien afin d’éviter une intervention étrangère.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail