Journal d'Haïti et des Amériques

Nicaragua: «la fuite en avant»

Audio 19:30
Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, en 2019.
Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, en 2019. © Alfredo Zuniga/AP

Débarrassé de toute opposition crédible, le président du Nicaragua Daniel Ortega briguera bien un 4ème mandat consécutif le 7 novembre 2021. Au dernier jour du dépôt des candidatures, lundi 2 août 2021, le parti au pouvoir a confirmé à l’unanimité le ticket que le sortant forme avec son épouse, Rosario Murillo en lice pour un deuxième mandat à la vice-présidence.

Publicité

Une élection taillée sur mesure selon la presse du Nicaragua. Apres l'arrestation de 31 opposants dont 7 qui comptaient se présenter à cette élection présidentielle du 7 novembre 2021, « il ne pouvait pas en être autrement (…) il n’y a aucune surprise » à cette désignation par le parti au pouvoir (le Front sandiniste de libération nationale) de Daniel Ortega, selon notre invitée la chercheuse Hélène Tristan de l'Université Paris 1. Pas de surprise tant le couple présidentiel a fait main basse sur la formation qui fonctionne aujourd’hui de façon « népotique, dynastique, reproduisant ce qu’a pu être la dynastie Somoza », selon Hélène Tristan qui voit dans le régime actuel, « une fuite en avant ».

 

  • En Haïti, l’enquête sur l’assassinat du président Moïse patine

Quatre nouveaux mandats d'amener ont été émis par le parquet de Port-au-Prince. Selon le site d'information Rezo Nodwes, Liné Balthazar se trouve parmi les quatre personnalités recherchées. Il est le président du PHTK, le parti du président Jovenel Moïse. À ce jour, 44 personnes ont été interpellées mais aucune n’a été présentée à un juge. « Tout se fait en dehors de la loi », fustige un avocat de la Défense dans le Miami Herald.

 

  • Vers une nouvelle crise du logement aux États-Unis ?

Un impératif moral. Voilà comment Nancy Pelosi, la leader démocrate à la Chambre des représentants aux États-Unis défend l'extension du moratoire sur les loyers impayés. Au moment où les États-Unis connaissent une résurgence des cas de contaminations de Covid, près de 4 millions de familles pourraient être expulsées de leur logement dans les deux prochains mois pour cause de loyers impayés car, le week-end dernier, le moratoire qui avait été voté au plus fort de la crise sanitaire, l'an dernier (2020), a expiré.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail