Accéder au contenu principal
Le débat africain

Cameroun anglophone: face à la multiplication des tueries, quelle issue?

Audio 49:00
Des élèves, parents et professeurs lors d'une manifestation à Kumba, le 25 octobre 2020, après une attaque meurtrière dans une école dans cette ville du Cameroun anglophone (image d'illustration).
Des élèves, parents et professeurs lors d'une manifestation à Kumba, le 25 octobre 2020, après une attaque meurtrière dans une école dans cette ville du Cameroun anglophone (image d'illustration). REUTERS/Josiane Kouagheu
51 mn

Le 24 octobre 2020, sept enfants de 9 à 12 ans sont froidement et sauvagement assassinés dans leur salle de classe par des bandes armées. Quelques jours plus tard, le 4 novembre, un autre groupe d’hommes armés oblige des enseignants et des enfants à se déshabiller entièrement avant de prendre des photos et des vidéos qui sont par la suite largement diffusés sur les réseaux sociaux. Des professeurs décapités, la tête exposée dans la ville de Bamenda, des femmes violées... C’est le climat apocalyptique qui règne dans la partie anglophone du Cameroun.

Publicité

Comment mettre un terme à cette escalade de violences, à ce conflit barbare qui a déjà fait plus de 3 000 victimes, et suscité plus de 500 000 déplacés ? Plus d’un an après, le grand dialogue national qui était censé apporter des réponses à cette crise, quel est le bilan ?

Avec nos invités :

Grégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité Sociale depuis décembre 2011. Secrétaire Général Adjoint du comité central du RDPC.

Elie Smith, journaliste et secrétaire général de la Anglophone General Conference (initiative interreligieuse rassemblant des leaders anglophones presbytériens, musulmans (avec imams de Buea et de Bamenda), et catholiques (cardinal Tumi), dirigée par Tumi et qui se propose de donner la parole à différentes sensibilités anglophones et de regrouper les principales revendications afin de contribuer au dialogue national.

- Boh Herbert, porte-parole du mouvement pour la restauration de l’indépendance du Southern Cameroons (MORISC), ancien journaliste exilé aux États-Unis.

Simon Munzu, ancien sous-secrétaire général des Nations unies et représentant spécial adjoint du secrétaire général en Côte d’Ivoire. Il est l’un des promoteurs de la Anglophone General Conference. Acteur de la société civile, il défend depuis une trentaine d’années le retour au fédéralisme.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.