Nouvelles technologies

Une IA anticipe les aggravations des patients atteints du Covid-19

Audio 02:08
(Image d'illustration)
(Image d'illustration) © COAI

Alors que les cas positifs au coronavirus ne cessent de progresser, les centres médicaux présentent actuellement des signes inquiétants de saturation. Pour faciliter le travail des thérapeutes, et plus largement celui des hôpitaux, une société franco-américaine spécialisée dans les programmes d’intelligence artificielle, a élaboré une IA qui prédit les risques d'aggravations de l’état des patients.

Publicité

Nom du programme informatique : ScanCovIA ! Il permet attribuer un « score de gravité » selon plusieurs variables biologiques d'un patient atteint par la Covid-19. Le dispositif a été développé par un consortium composé de l'Institut Gustave Roussy  qui est le centre régional de lutte contre le cancer situé à Villejuif dans le Val-de-Marne en France, de l'Université Paris-Saclay, de l'hôpital Bicêtre faisant partie de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, de l'Institut national de recherche en sciences du numérique, l’Inria. La jeune pousse franco-américaine Owkin a été le maître d’œuvre numérique du système, nous détaille Michael Blum,chercheur et « data scientiste » de cette entreprise spécialisée dans les programmes d’intelligence artificielle pour la recherche médicale.

« Cette IA va vraiment aider les cliniciens à prendre leur décision. Typiquement quand ils voient des patients atteint du Covid-19 arriver c’est très difficile pour eux de savoir s’ils doivent les renvoyer chez eux, les garder en observation pour une éventuelle hospitalisation. Ce programme qui réalise un « score de gravité » à partir des scanners 3D thoraciques et divers informations cliniques comme la saturation d’oxygène ou la mesure de l’urée va permettre d’extraire une information quantifiée pour indiquer aux thérapeutes qu’un individu présente un risque d’évolution défavorable de la maladie. L’algorithme au cœur du programme apprend et s’améliore au fur et à mesure, quand on lui donne de nouveaux exemples d’évolutions de l’infection chez les patients. Comment fait-on pour l’entraîner ? cela ressemble à nos processus d’apprentissages avec des exemples passés et concrets. Cette personne est-elle décédée des suites de la Covid-19 ? est-elle partie en réanimation ? ou est-elle repartie chez elle sans dégradation. L’IA recherche alors les indications médicales qui permettent d’établir l’évolution du pronostic. En France mais partout dans le monde les outils numériques ont tellement avancé depuis le début de cette situation d’urgence sanitaire qu’en quelques mois à peine on a pu développer des logiciels et des dispositifs opérationnels. Et je pense que vraiment la pandémie a permis d’accélérer les innovations technologiques dans le domaine médical. »

 Pour apprendre à reconnaître sur les imageries scanners, les signes d’un risque d'aggravation chez une personne atteinte par le coronavirus, le programme ScanCovIA s’est entraîné pendant 6 mois sur les dossiers de 1 000 patients.  

Le « score de gravité » généré par le système, classe les malades des moins sérieusement touchés aux plus préoccupants dans 5 catégories. Ce dispositif d’aide à la décision qui est déjà utilisé tous les jours par les services d’urgences de Gustave Roussy a fait l’objet d’une publication dans la revue Nature.

Owkin offre en open source, donc en accès libre, les codes informatiques du programme à tous les établissements hospitaliers de France et du monde.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

 

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail