Politique, le choix de la semaine

France: l'après-Covid, avec ou sans Jean Castex?

Audio 03:23
Le Premier ministre Jean Castex inaugure le train de nuit Paris - Nice à la Gare d Austerlitz, le 20 mai 2021.
Le Premier ministre Jean Castex inaugure le train de nuit Paris - Nice à la Gare d Austerlitz, le 20 mai 2021. Quentin De Groeve / Hans Lucas v - Quentin De Groeve

Cela fait dix mois qu'il s'est installé à Matignon. Mais pour combien de temps encore Jean Castex gardera-t-il son fauteuil de Premier ministre ? Le chef du gouvernement a connu des semaines difficiles, relançant les bruits de couloir sur un remaniement en préparation.

Publicité

À l'origine, Jean Castex devait incarner le déconfinement, l'étape d'après le Covid-19, incarner la relance du pays. Mais l'histoire ne s'est pas passée comme prévu. Emmanuel Macron et son Premier ministre ont dû reconfiner le pays. Le chef du gouvernement, qui devait symboliser un management moins technocratique que celui d'Édouard Philippe a été happé par la gestion de la crise sanitaire.

Problème d'autorité

Plusieurs exemples ont marqué ses dix mois à Matignon. Ses troupes et ses ministres n'ont pas hésité à piétiner les plates-bandes du Premier ministre. En octobre dernier, des députés La République En Marche ont voté l'allongement du délai d’accès à l’interruption volontaire de grossesse contre l'avis du gouvernement. L'allié François Bayrou et ses lieutenants du Modem poussent coup de gueule sur coup de gueule, dernièrement contre le pass sanitaire. Problème d'autorité au Parlement, mais aussi à la tête du gouvernement. Plus récemment, pas moins de quatre ministres se sont exprimés publiquement sur la fin de vie, alors que le sujet était censé être clos pour l'exécutif.

Quel poids politique ?

Son premier véritable acte politique est venu tardivement au début du mois de mai. Jean Castex fait la Une du Journal du Dimanche pour annoncer un accord entre La République En Marche et le président sortant de la région Paca, le Républicain Renaud Muselier. Tremblement de terre à droite. Les LR se divisent. Mais la montée au filet du Premier ministre est critiquée en interne. Une députée marcheuse du Var trouve la méthode « contre-productive », les ficelles sont trop voyantes à ses yeux. Jean Castex a surtout cherché à montrer « que la poutre travaille encore, même sans Edouard Philippe », décrypte un conseiller du gouvernement. En clair, que Jean Castex aussi peut ramener des voix de droite à Emmanuel Macron. Mais le résultat de l'opération est mitigé : La République En Marche se retrouve avec seulement quinze places sur la liste de Renaud Muselier, sans Sophie Cluzel, sa tête de liste, ni parlementaires.

Rumeurs de remaniement relancées

Certains dans la majorité pensent déjà qu'Emmanuel Macron aura besoin d'un nouveau visage pour incarner la relance du pays post-Covid, de tourner la page de la crise sanitaire, cette fois pour de bon. Et puis, si le Rassemblement National l'emporte en Paca, Jean Castex risque d'être accusé d'avoir une responsabilité dans la victoire du RN. Officiellement, l'hypothèse d'un remaniement n'est pas envisagé à l'Élysée. Jean Castex, lui, souhaite rester à Matignon. Il tente ces derniers temps de sortir la tête du Covid-19 en espérant profiter des bonnes nouvelles sur le front sanitaire. On l'a d'ailleurs vu boire cette semaine un café en terrasse avec Emmanuel Macron. Une carte postale adressée à ceux qui imaginent son départ.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail