Politique, le choix de la semaine

France: Fabien Roussel, candidat de survie du parti communiste

Audio 02:49
Fabien Roussel, candidat PCF pour l'élection présidentielle de 2022.
Fabien Roussel, candidat PCF pour l'élection présidentielle de 2022. © Aurélien Devernoix / RFI

Il est un nouveau venu dans la course présidentielle. Fabien Roussel a été investi pour représenter le Parti Communiste Français voilà un mois. Cela faisait quinze ans qu'il n'y avait pas eu de candidat du PCF dans la course à l'Elysée. L’illustration d’une nouvelle stratégie des communistes et du dépassement du traumatisme de la présidentielle de 2007.

Publicité

Dernière candidate communiste dans la course à l’Elysée, Marie-George Buffet n'avait à l’époque même pas rassemblé 2% des voix. Lors des deux présidentielles suivantes, le PCF avait donc choisi de s'effacer derrière Jean-Luc Mélenchon.

Mais ça c'était avant l'arrivée de Fabien Roussel à la tête du parti en 2018. Il avait fait campagne avec une promesse : redonner du lustre à un parti passé en mode survie depuis des années. Selon Fabien Roussel, le moyen pour y arriver c'est que le PCF soit davantage présent notamment médiatiquement et pour cela la présidentielle est le meilleur tremplin. Et lui, l'ancien journaliste, le candidat idéal, même s'il affirme que « chez les communistes, on ne dessine pas sa carrière, on est choisi ».

Une candidature qui fait grincer des dents du côté des Insoumis de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a eu beau multiplier les appels à la reconduction de l’alliance auprès des cadres et militants communistes, ceux-ci ont largement décidé de faire cette fois cavalier seul et ont été 73% à désigner Fabien Roussel comme leur candidat.

Depuis c'est la guerre froide. Selon un cadre Insoumis, il n'y a plus aucun contact avec Fabien Roussel. Les relations n'ont, il faut dire, jamais été simples. En 2012 par exemple, la tentative de parachutage de Jean-Luc Mélenchon dans le Nord où il était venu essayer d'empêcher l'élection à l'Assemblée nationale de Marine Le Pen, avait viré à la catastrophe et laissé beaucoup d'amertume chez les communistes de la région, dont un certain Fabien Roussel.

Fabien Roussel et les dirigeants communistes ont également encore sur le cœur les législatives de 2017. Les négociations ne s'étaient pas bien passées avec les Insoumis et côté PCF on estime que davantage de sièges auraient dû être obtenus. Pas question donc de se laisser marcher sur les pieds une nouvelle fois.

Avoir un candidat à la présidentielle permet de s'affirmer politiquement, d'avoir une tête d'affiche et de négocier plus facilement des accords avec les autres partis de gauche. Ces négociations promettent d’être délicates, communistes et Insoumis étant sans doute promis à nouer des alliances au niveau local. D’où une volonté de ne pas trop s’invectiver publiquement.

Une candidature témoin de Fabien Roussel ?

Fabien Roussel « assume » le fait d'être un levier de négociation pour les législatives mais il affirme surtout vouloir lancer une opération de reconquête du parti communiste auprès d'électeurs des classes populaires ayant choisi pour beaucoup le chemin de l'abstention. Les sondages sont toutefois pour l'instant sans appel : à peine 1% d'intention de vote, ce qui est déjà trop pour La France Insoumise (LFI) où l'on promet de faire les comptes si Jean-Luc Mélenchon venait à nouveau à rater de peu le second tour.

Là aussi Fabien Roussel assume, tout comme quand il décide de lancer sa campagne sur la question de la sécurité, ce qui de l'aveu d'un de ses camarades communistes à l'assemblée « a fait lever quelques sourcils », les Insoumis l’accusant de leur côté d’être « le marchepied du parti socialiste ». Les partisans de Fabien Roussel misent au contraire sur « son sens politique et sa liberté de ton » pour éviter une humiliation à la présidentielle.

Il en va sans doute de la survie de sa carrière politique, mais peut être aussi de celle du parti communiste, où les partisans du chemin commun avec Jean-Luc Mélenchon pourraient être tentés de quitter le navire en cas d'échec.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail