Rendez-vous culture

La série «Small Axe», de Steve McQueen, disponible sur Salto

Audio 04:30
Scène de la Saison 1 de « Small Axe », série de Steve McQueen diffusée sur Salto.
Scène de la Saison 1 de « Small Axe », série de Steve McQueen diffusée sur Salto. © TMDB

Que voir cette semaine sur les plateformes ? Eh bien l’une des séries les plus attendues de l’année, diffusée sur Amazon Prime et dès aujourd’hui sur Salto. « Si tu es le grand arbre, nous sommes la petite hache prête à t’abattre » chantait Bob Marley. C’est au grand arbre de l’injustice et du racisme que s’attaque l’artiste britannique Steve McQueen dans la série Small Axe (« Petite hache ») : 5 films campés des années 1960 aux années 1980 où il raconte l’expérience des Noirs en Grande-Bretagne, avec le racisme, policier et institutionnel, en toile de fond. 

Publicité

Small axe est dédiée à la mémoire de George Floyd, cet Afro-Américain tué par un policier blanc à Minneapolis, le 25 mai 2020. C’est une œuvre riche et inspirée, révoltée et émouvante, presque une fresque historique sur la communauté noire britannique. Un véritable tour de force pour le professeur de littérature afro-américaine, Gregory Pierrot.

« Si on doit trouver un aspect révolutionnaire à cette série, c’est l’effort qui est fait à représenter les expériences noires britanniques dans sa multiplicité, depuis les habits jusqu’aux accents, et, bien sûr, les épisodes qui s’attachent à montrer des aspects très différents de l’expérience noire pendant cette décennie, depuis le début des années 1970 jusqu’au début des années 1980. »

Les parents de Steve McQueen sont originaires des anciennes colonies britanniques de la Grenade et de Trinité et Tobago. Le cinéaste n’avait encore jamais abordé un projet si proche de lui. Un projet sur lequel il travaillait depuis plus de dix ans.

« Le succès de films comme Get Out ou Us ou Black Panther ont montré encore une fois de manière très pragmatique que les films noirs, cela marche aussi ! »

Chaque épisode de Small Axe a le racisme pour arrière-fond, celui que subit un restaurateur jamaïcain, ou un jeune écolier en difficulté scolaire, ou encore l’histoire vraie d’Alex Wheatle, un jeune délinquant qui devint un écrivain à succès.

Mais le plus bel épisode, le plus émouvant, nous plonge au cœur d’une nuit endiablée où se côtoient musique, danse et désir. Son nom : Lovers Rock.

« Rien à y penser, je suis ému. Il y a vraiment des scènes fantastiques. Il n’y a pratiquement pas d’intrigue à proprement parler, plutôt une série de scènes. Tout cela a contribué à en faire un moment de beauté absolue. C’est vraiment un tour de force de cinéma et de musique. »

Dès ses débuts, Steve McQueen a su imposer son talent et son brio, notamment avec 12 Years a Slave, Oscar du Meilleur film en 2014. Avec Small Axe, il atteint un nouveau sommet, une œuvre d’art qui fait aussi œuvre utile.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail