Rendez-vous culture

Un tube, une histoire: «Purple Rain» de Prince

Audio 02:56
Le chanteur Prince interprète «Purple Rain» lors d'une tournée en avril 1985.
Le chanteur Prince interprète «Purple Rain» lors d'une tournée en avril 1985. © AP/Phil Sandlin

Purple Rain, chanson-titre du 6e album de Prince est devenue le morceau emblématique de la carrière du « Kid de Minneapolis ». Un mégasuccès planétaire des années 1980 qui fait de lui une star mondiale.

Publicité

En 1984, Prince surprend avec Purple Rain. Il n’a que 26 ans et un talent précoce. Il est déjà reconnu aux États-Unis, mais pas encore une superstar. Cette chanson marque le départ de sa carrière internationale. 

Fréderic Goaty, est l’auteur de Prince, le dictionnaire et rédacteur en chef de Jazz Magazine. « Il la chante pour la toute première fois au mois d’août 1983 pour un concert de charité aux États-Unis. Vers la fin du concert, il se dirige vers le micro et puis finalement, non. Il cabotine un peu, il retourne vers le fond de la scène comme si une sorte de lumière n’était pas encore passée à travers lui. Il rejoue l’intro, il retourne vers le micro et là, il chante Purple Rain. C’est l’acte de naissance de cette chanson », raconte-t-il.

Extravagante ballade rock

Il faut le voir Prince sur la pochette de son disque : il ressemble à un Portoricain déguisé en Jimi Hendrix, chevauchant une moto rutilante, gants en dentelle, le regard équivoque… Tout est tellement exagéré, tellement étudié que le mauvais goût finit par avoir de la classe !

Purple Rain, extravagante ballade rock de huit minutes, reste un délire à peu près unique dans l’histoire de la musique. « C’est une chanson d’amour à dimension universelle, spirituelle. Il joue sur l’ambiguïté, il s’adresse à une personne aimée, mais on a l’impression qu’il chante les louanges de Dieu en quelque sorte, et c’est ce qui fait toute la singularité. Les paroles de Prince ont un côté presque insaisissable, il y ajoute une dimension rock. C’est vraiment bouleversant », explique Frédéric Goaty.

► À écouter aussi : Larry Graham raconte Prince

Chef-d’œuvre addictif

Avec le succès fulgurant de son morceau, il décroche deux Grammy Awards, mais surtout l’Oscar de la meilleure musique de film. Purple Rain est tiré du long métrage éponyme sur sa vie où il joue le Kid de Minneapolis.  

« C’était un succès planétaire, il ne fait pas oublier qu’il a vendu presque 15 millions d’albums aux États-Unis. Il était numéro un du box-office, il était devenu pendant presque un an le “maître du monde” », rappelle Frédéric Goaty, qui poursuit : « Une ballade aussi majestueuse, je n’en connais pas associé à un artiste afro-américain. Et c’est ça la force de Prince, c’est d’avoir fait tomber toutes les barrières stylistiques dans la musique. »

Purple Rain, chef-d’œuvre addictif, a donné le « la » à la musique noire contemporaine. Mesurant 1,57, mais doté d’un immense talent, le petit Prince à talonnettes, architecte de fresques psychédéliques géniales, côtoyait la légèreté et les instants de grande messe lyrique !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail