Rendez-vous culture

Piers Faccini: les chants magnétiques d'un alchimiste folk

Audio 04:42
Piers Faccini sort son neuvième album «Shapes Of The Fall».
Piers Faccini sort son neuvième album «Shapes Of The Fall». Julien Mignot

En ce jour de la Terre (le 22 avril), Piers Faccini, chanteur et compositeur anglais d’origine italienne célèbre la nature en musique. Ce Français de cœur depuis 20 ans revient avec Shapes of The Fall (« les formes de la chute »). Un neuvième album dépouillé et vibrant, entre folk, blues et pulsations Gnawas. Rencontre avec un artiste paysan, adepte du ralentissement et inquiet de l'effondrement de la planète. 

Publicité

Toujours loin des modes et hors du temps, depuis son premier album en 2004, Piers Faccini vit depuis 15 ans dans une vieille ferme au cœur des Cévennes, en France. Il y cultive son jardin secret où fleurissent des chansons d’une sensibilité rare, alertant sur la catastrophe climatique en marche. « Shapes of the Fall tire une sonnette d’alarme comme étant les formes de la chute. Je parle d’une sorte d’effondrement. Donc, attention. »

Un album en forme de complainte d'où s'élèveraient comme autant de chants de la terre, des voix animales, végétales ou minérales, dans une pulsion de vie devenant musique. La musique comme antidote au chaos.

« Ce paradis quotidien »

« Ce qu’on fait à notre climat, à notre terre, cela ne voudra rien dire, si l’on n’en occupe pas. Tout le monde se dit : "Je me rappelle, quand on prenait la voiture, le pare-brise était couvert d’insectes. Maintenant, on peut voyager pendant des heures et il n’y a pas d’insectes…" L’humanité sans les insectes, c’est dur à imaginer. N’importe quelle personne qui adore la nature va adorer suivre les rythmes des saisons, observer les migrations des oiseaux, les mouvements des arbres, la sève qui descend ou qui monte, les bourgeons qui commencent, les premières feuilles, la floraison… Ce paradis quotidien.  C’est une sorte d’Arche de Noé, parce que c’est ça notre monde, mais, il faut arrêter avec des scénarios à la Frankenstein où il y a des intelligences artificielles pour résoudre nos problèmes. Il faut simplement revoir comment on se situe dans le monde. »

La chanson All Aboard, « Tout le monde d’abord », est un appel à l’action collective. Quoi de mieux pour faire passer le message que deux des plus belles voix contemporaines, l’Américain Ben Harper et le maître marocain Abdelkebir Merchane. « Pour tout ce qu’il y était assez sombre, il y a une couleur presque un peu blues. Et pour aller vers une forme de lumière, je me suis inspiré des traditions de transe qu’on trouve autour de la Méditerranée, en allant jusqu’à l’inspiration des musiques gnawas au Maghreb, et même des rythmes soufis. »

Simple et sans frontières

Avec ses disques splendides en clair-obscur, entre espoir et désespoir, simple, puissant et sans frontières, Piers Faccini nous raccorde aux vibrations souterraines de notre planète en danger.

► L'album Shapes Of The Fall de Piers Faccini chez NoFormat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail