Rendez-vous culture

Série: «The Underground Railroad», la course vers la liberté d'une jeune esclave

Audio 06:43
La série The Underground Rairoad de Barry Jenkins est diffusée sur Amazon Prime Video.
La série The Underground Rairoad de Barry Jenkins est diffusée sur Amazon Prime Video. © Amazon Studios

Une série-événement à ne pas rater sur la plateforme Amazon Prime : première série du réalisateur oscarisé Barry Jenkins, The Underground Railroad raconte la course vers la liberté d'une jeune esclave au XIXe siècle, dans le sud des États-Unis. 

Publicité

Adaptée du roman à succès de Colson Whitehead, The Underground Railroad raconte le périple vers la liberté de Cora, 16 ans. Esclave dans une plantation de coton en Géorgie, la jeune femme va y découvrir l’existence d'un mystérieux underground railroad, un « chemin de fer clandestin ».

« En réalité, c’était un réseau clandestin avec des bases dans les États esclavagistes du Sud, explique Gregory Pierrot, enseignant en littérature afro-américaine. Et il y avait aussi des relais, des maisons généralement privées, dans tous les États voisins, jusqu’au Nord, pour amener des groupes d’abolitionnistes, des Blancs et des Noirs, qui aidaient des esclaves à s’échapper, parfois jusqu’au Canada. »

« On n’a pas fini à raconter ces histoires »

Depuis longtemps, le réalisateur afro-américain Barry Jenkins était hanté par le projet d'une fiction sur l'esclavage. Son récit s’envole parfois vers le fantastique, mais il s’appuie aussi sur des recherches historiques qui lui donnent tout son poids, comme l’explique la critique Rhoda Tchokokam :

« Ce qui est intéressant avec la série de Barry Jenkins, c’est déjà comprendre qu’il y a encore des histoires autour de l’esclavage à raconter qu’on n’a pas fini à raconter ces histoires-là. Et qu’il y a encore une façon de raconter, par exemple, l’histoire des femmes noires pendant l’esclavage. Comment la violence sur leur corps est-elle racontée. »

La série est structurée en dix chapitres, d’une heure environ. Chacun se déroule dans un nouvel État, livrant un inventaire sans pitié de la condition des Noirs à l’orée de la Guerre de Sécession.

L'histoire de l'esclavage et le temps présent

« Oui, il y a question de violence. Mais, il y a aussi question de culture, de rapports entre personnes noires de la communauté. C’est-à-dire, on ne reste pas très longtemps sur la violence. Et même quand on parle de violence, on ne la montre pas forcément. Elle est dite ou, alors, elle est suggérée. »

Car ici, l’histoire de l’esclavage résonne avec le temps présent, du meurtre de George Floyd au mouvement Black Lives Matter, comme en témoigne la musique du film, où Mahalia Jackson et les grands standards du blues côtoient OutKast et les Jackson 5.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail