Reportage Afrique

De nouveaux réfrigérateurs pour la campagne de vaccination au Sénégal

Audio 02:25
Arrivée des vaccins AstraZeneca de l'initiative mondiale Covax, le 3 mars 2021, à Dakar, au Sénégal.
Arrivée des vaccins AstraZeneca de l'initiative mondiale Covax, le 3 mars 2021, à Dakar, au Sénégal. AFP - JOHN WESSELS

Une première partie des vaccins AstraZeneca de l'initiative mondiale Covax – 324 000 doses – est arrivée au Sénégal le mardi 2 mars. Le pays avait déjà reçu deux semaines plus tôt 200 000 doses du vaccin chinois Sinopharm, achetées dans une stratégie parallèle nationale. La campagne de vaccination a commencé mais se pose alors la question de la conservation des vaccins et du respect de la chaîne du froid. C’est un enjeu anticipé au Sénégal. Le pays a investi dans 1 117 nouveaux réfrigérateurs homologués en vue de la campagne de vaccination contre le coronavirus.

Publicité

D'une petite glacière bleue, l’infirmière Khady Sarr sort les doses de vaccins Sinopharm une à une pour les injecter dans le bras de ses patients. « On range dans les glacières pour pouvoir utiliser les vaccins et ne pas trop ouvrir le réfrigérateur, nous dit-elle. On les conserve à la même température entre +2°C et +8°C. Comme tous les autres vaccins qui sont ici dans la salle. »

Ravitaillées par le centre de santé Gaspard Kamara, des équipes ont parcouru les cliniques privées et cabinets médicaux du district pour distribuer les 4 900 vaccins chinois destinés au personnel de santé. Pape Ndiaye, responsable du dépôt, doit s’assurer du respect de la chaîne du froid alors que les frigos de stockage sont équipés d’un système de surveillance continue. « Pour l'approvisionnement, il faut avoir une glacière et des accumulateurs pour chaque glacière, explique Gaspard Kamara. Ma mère a 79 ans, si les vaccins ne sont pas bien conservés, elle ne pourra pas en bénéficier. On fait tout notre maximum pour que les vaccins soient bien conservés et que la population en bénéficie. »

À l’intérieur de grandes chambres froides, les stocks de vaccins Sinopharm sont gérés par la Pharmacie nationale d’approvisionnement. C’est elle qui les répartit dans les régions à bord de camions frigorifique explique Dr Sokhna Gaye, responsable de la Gestion des stocks. « Dans toutes les localités où il n'y a pas d'électricité, ils disposent de réfrigérateurs solaires qui peuvent permettre de les faire fonctionner pour éviter les variations de température lors du stockage. Mais s'il y a des coupures d'électricité, ici à la centrale d'achat, il y a un groupe électrogène de secours », ajoute Dr Sokhna Gaye.

À l’hôpital Fann, des chambres froides qui viennent d’être installées entre autres pour conserver les vaccins AstraZeneca gardés entre +2°C et +8°C. Il y a également des congélateurs qui peuvent descendre à des températures négatives. « On peut descendre jusqu'à -20°C. C'est juste Pfizer qui pose problème, il faudrait avoir des équipement qui descendent à -80°C pour Pfizer, assure Ousseynou Badiane, coordonnateur du programme de vaccinations dans le pays. Si c'est mal conservé, on doit jeter le flacon au bout de six heures. Le seul danger serait d'avoir une dose qui n'est pas efficace. »

Dans le cadre de l’initiative mondiale Covax, le Sénégal doit recevoir près d’un million de vaccins supplémentaires ces prochains mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail