Reportage France

Un emploi dans des quartiers difficiles de Rouen

Audio 02:56
Dans les quartiers classés difficiles de la ville, le taux de chômage dépasse les 64%
Dans les quartiers classés difficiles de la ville, le taux de chômage dépasse les 64% © RFI/Sylvie Koffi

Ce quartier du Châtelet les Hauts de Rouen, c'est un peu une ville dans la ville. Il y a tout ou presque mais pas de travail. Un chiffre : le taux de chômage dans ce QPV, quartier prioritaire de la politique de la ville, dépasse les 64% alors qu'il avoisine les 8% à Rouen. Face à cette situation alarmante, des acteurs du secteur privé ont pris leur bâton de pèlerin pour proposer des solutions. Le dispositif a pour nom l'Académie pratique des métiers.

Publicité

Aller à la rencontre, des parents, des jeunes. Tout commence le jour du marché par la distribution de prospectus pour informer les habitants. « La situation dans le quartier, elle est très délicate socialement, économiquement, etc. »

Samy Bourguern entrepreneur, a grandi au Chatelet. « Les gens ne croient plus aux institutions, aux acteurs traditionnels, les pôles emplois, les missions locales. Moi, je suis persuadé que cela doit passer par le monde économique et privé, mais il faut arriver à se réconcilier avec ces jeunes qui ont étés déçus, car à l’époque on a fait une promesse, une formation qui n’a débouché sur rien, ça fait dix, quinze ans qu’ils sont posé au même endroit en rabâchant la même chose : On m’a déçu, j’ai été trahi. »

Des jeunes qui se sentent abandonnés et qui n'ont plus confiance dans le système. « Notre parcours en fait, c’est le 100 mètres haies. Dès que je passe une barrière, il y en a pas mal à passer ! Dès que je la passe, ça va je ne suis pas encore tombé, mais au bout d’un moment, je tombe et il ne veut pas me prendre, car je n’ai pas d’expérience. Faut bien que je la fasse l’expérience. Je n’ai pas fini mon 100 mètres haies. »

« Il faut vraiment pour que l’on puisse atteindre les jeunes. Il faut que l’on ait cette notion d’étape. » Blaise Guiakora, pharmacien installé depuis 25 ans au Châtelet, connait bien le terrain, il est l'un des initiateurs de ce dispositif.

« La situation, elle est extrêmement préoccupante, surtout après la pandémie que nous avons traversée. Les jeunes ici et là nous demandent :"Monsieur Blaise que pouvez-vous faire pour nous, tout le monde nous lâche". Avec M. Koffi de Potentia, nous avons mis en place ce dispositif, appelé Académie pratique des métiers, qui a comme particularité d’aller dans les entreprises et de voir leurs réels besoins et de les transposer au niveau des jeunes que nous aurons recrutés après un bilan de compétence. »

À ses côtés, Maurice Koffi dirige l'organisme de formation Potentia, ensemble ils portent ce programme pour intégrer les jeunes par le travail.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail