Reportage international

En Chine, EDF et la biomasse pour chauffer les Chinois

Audio 02:36
Monsieur Li à 70 ans, il vient porter son bois à la centrale deux fois par jour.
Monsieur Li à 70 ans, il vient porter son bois à la centrale deux fois par jour. © Stéphane Lagarde / RFI

La biomasse pour chauffer les Chinois. Le projet est présenté comme un modèle du partenariat entre la France et la Chine en matière de transition énergétique. Ça se passe dans la province chinoise du Henan, une région connue pour ses pommes notamment. Le détail a son importance, vous allez l’entendre, puisque la centrale EDF de Lingbao produit de l’électricité à partir de branches de pommiers collectées par les habitants.

Publicité

C’est probablement la visite des officiels ce jour-là, remorques chargées de branchages, tout ce qui roule ou presque attend devant les hangars de stockage de la centrale biomasse de Lingbao. Préserver l’environnement, c’est aussi de l’argent, voilà un an que les habitants de cette région du centre de la Chine ramassent le bois des chantiers ou des arbres fruitiers nombreux sur les berges du fleuve jaune qu’ils revendent ensuite à EDF.

Monsieur Liu, 50 ans, conduit un triporteur : « J’apporte des branches, ma moto peut transporter 300 à 400 kilos. »

300 à 400 kilos. Pour d’autres venus en camion, on parle en tonnes. Meng Xinliang a changé son métier ces derniers mois.

« Avant j’étais bûcheron et j’ai entendu parler de la centrale. Comme j’avais déjà les équipements, j’ai créé mon entreprise. J’ai recruté 6 personnes pour la collecte du bois », nous confie-t-il.

Une montagne de branches, du bois coupé venu des vergers alentours. Lu Yisong directeur de la centrale :

« La plupart viennent de pommier, Car cette ville est le 2ᵉ producteur de pommes de Chine. Le gouvernement nous a demandé de fournir le chauffage. C'est à peu près la moitié des besoins de la ville de Lingbao. »

La moitié des plus de 700 000 habitants de la ville de Lingbao sont chauffés aux branches de pommiers, mais pas que ! Dans une pièce stérile, deux bras jaunes articulés sur des rails. Des robots qui analysent le potentiel calorifique de la biomasse pour trouver le meilleur cocktail capable de produire le plus d’énergie. Lei Nie, manager outil et méthodes sur la plateforme d’analyses : 

« Le bois m'a décrit une construction qui donne le plus de chaleur. C'est la première plateforme d'analyse automatique de la biomasse du monde. »

Une prouesse technologique qui accompagne un partenariat de 30 ans avec la ville de Lingbao. Parmi les officiels locaux seule une femme a eu le courage de répondre à un journaliste étranger avec bien sur les questions soumises à l’avance. Liu Bin, la vice-maire de Lingbao :

« Depuis la mise en service de la centrale jusqu’au printemps dernier, la centrale a produit 190 gigawatts d’électricité. On réduit nos émissions de CO2 de 280 000 tonnes par an en créant des emplois et en protégeant l’environnement. »

Fabrice Fourcade, directeur général EDF Chine : « Bon le problème de la Chine, c'est le charbon. La moitié du charbon consommé en Chine, c'est pour l'électricité ; et l'autre moitié, il y a 3 ou 4 grands secteurs comme la sidérurgie et la construction et le chauffage. Supprimer les chaudières au charbon pour les remplacer par le chauffage durable, c’est un grand pas dans le bon sens. »

Un bon sens bien compris par l’électricien français qui entend développer ses propositions d’énergie propres en plus du nucléaire, avec l’aide des autorités subventions et coup de pouce comme l’élagage récents des bords de routes demandés par la mairie

« Là, toutes les branches que vous voyez, ce sont des branches qui dépassaient et qui pouvaient créer des accidents. » dit Li Maili.

Ce paysan de 70 ans vient chaque jour déposer son bois à la centrale, même chose pour Li Zhangqiang chauffeur de bus : « Nous avons 400 dattiers chez nous. Avant, c'étaient mes vieux parents qui s’en occupaient, maintenant ils sont vieux, je leur donne un coup de main. Avant, on jetait le bois ou on le brûlait, maintenant on l’apporte à la centrale. Au début peu de gens venaient ici. La centrale a fait de la propagande et maintenant vous voyez, il y a de plus en plus de monde pour vendre du bois. Récemment, il y a eu une rénovation des routes, donc en ce moment, je viens trois fois par jour. »

La longue marche décarbonée de la Chine a coup de branches de pommiers. Le président chinois a promis que le pays atteindrait son objectif zéro carbone avant 2060.

En Chine, EDF et la biomasse pour chauffer les Chinois

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail