Revue de presse Afrique

À la Une: le Sénégal s'embrase

Audio 04:33
Des partisans d'Ousmane Sonko dans les rues de Dakar.
Des partisans d'Ousmane Sonko dans les rues de Dakar. © John Wessels/AFP

Publicité

Depuis l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko, le journal dakarois EnQuête a fait les comptes. « Déjà deux morts et des dizaines de blessés, aussi bien chez les manifestants que les forces de sécurité »,affirme ce quotidien sénégalais.

Alors ? Alors le Sénégal retient son souffle. « Personne ne sait aujourd’hui comment cette crise va se dénouer, prévient EnQuête, (…) la tension est à son comble (…) à l’image de la mer dont on ne peut pas arrêter le mouvement par la seule action de ses bras, il est impossible de contenir ces jeunes qui disent n’avoir rien à perdre », formule, d’une métaphore marine, ce quotidien dakarois.

« Sa Majesté (Macky Sall) s’est évertuée, ces dernières années, à casser tout ce qui pourrait se présenter devant elle pour lui contester la couronne, bucheronne encore EnQuête (…) La conséquence est dramatique, puisque le voilà face au peuple qui, visiblement, a faim (…) la crise (…) est à fleur de ventre (…) L’heure est grave. Car, avec la situation qui prévaut en ce moment dans le pays, il est très difficile de savoir dans quelle direction va s’orienter le sens du feu ».

Le Conseil national de régulation de l'audiovisuel au Sénégal, hier soir, ayant annoncé suspendre pour 72 heures le signal de deux télévisions privées, Sen TV et Walf TV, pour cause de diffusion « en boucle des images de violence », la riposte de Walf TV n’a pas tardé. S’inspirant tout à la fois de Charlie Hebdo comme de SOS Racisme, cette télévision sénégalaise, sur son site, lance cette double formule : « Je suis Walf TV » et « Touche pas à ma télé » !

De son côté, le quotidien Walf relaie l’appel à manifester pacifiquement aujourd’hui « dans toutes les localités du Sénégal », lancé par « ce nouveau front » d’opposition et de la société civile « debout pour la démocratie et l’État de droit » pour arrêter ce que ce front appelle les « dérives » de Macky Sall.

J-1 pour les élections législatives en Côte d’Ivoire

C'est en effet hier soir à minuit que s'est achevée la campagne électorale pour les législatives de demain en Côte d’Ivoire.

« Et maintenant, la vérité dans les urnes ! », lance le quotidien gouvernemental Fraternité Matin.

La Vérité ? Chaque journal ivoirien, ça va de soi, a, ce matin, la sienne. Voilà pourquoi l’incertitude prévaut. D’autant que, grande première depuis dix ans, la quasi-totalité des partis d'opposition participent au scrutin, et notamment le FPI de l'ex-président Laurent Gbagbo.

Aussi, pour prendre la mesure de cette incertitude, tout de suite, coup d’œil sur cet incantatoire regard extérieur, celui du journal burkinabè L’Observateur Paalga. Toujours aussi attentif à la vie politique ivoirienne, ce quotidien ouagalais souhaite un « sursaut des politiques pour une démocratie apaisée » chez le voisin mitoyen méridional du Burkina Faso. « Pourvu que la Côte d’Ivoire ne renoue plus avec ses vieux démons de la violence postélectorale après la publication des résultats de ces élections ! », implore L’Observateur Paalga.

Alors ? Alors si de telles craintes transpirent de la presse burkinabè, que dire de celle en kiosque ce matin en Côte d’Ivoire-même ?

« Attention danger à l’horizon ! », lance ainsi en Une le journal Le Temps, proche de l’ex-président Laurent Gbagbo en plaçant la Commission électorale, l’opposition et le pouvoir « devant leur responsabilité », tandis que son confrère de la même sensibilité, Aujourd’hui, insiste sur la nécessité de la présence d’observateurs « neutres » à ce scrutin, à charge pour eux d’en « certifier » les résultats.

Affichant à l’inverse une confiance de bon aloi en pareille veillée d’armes, les journaux Le Miroir et L’Essor, proches du pouvoir exécutif ivoirien, prédisent un « raz de marée » en faveur du pouvoir, alors que leur confrère Le Matin, de la même sensibilité éditoriale, signale d’une formule de Une que « c’est plié, c’est bouclé ! ».

Avis inverse, on s’en doute, àla Une du quotidien Le Nouveau Réveil. Proche du PDCI d’Henri Konan Bédié, ce journal signale que « l’opposition boucle la campagne avec assurance ». Rendez-vous à présent dans l’isoloir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail