Revue de presse française

À la Une: comme un parfum de reconfinement

Audio 04:17
Une femme masquée se promène dans le quartier de Montmartre à Paris, vendredi 30 octobre 2020. La France a réimposé vendredi un confinement d'un mois visant à ralentir la propagation du virus, à fermer toutes les activités non essentielles. (Image d'illustration).
Une femme masquée se promène dans le quartier de Montmartre à Paris, vendredi 30 octobre 2020. La France a réimposé vendredi un confinement d'un mois visant à ralentir la propagation du virus, à fermer toutes les activités non essentielles. (Image d'illustration). AP - Lewis Joly

Publicité

Ça ne sent pas bon… Après le pavé dans la mare jeté hier par Le Journal du Dimanche, comme quoi Emmanuel Macron pourrait bien annoncer mercredi un troisième confinement, les journaux suivent le mouvement ce matin.

« La France se prépare à un troisième confinement », titre ainsi Le Figaro. « Et de trois, soupire le journal. Après le couvre-feu, le retour du confinement. L’heure de vérité approche pour le dispositif en vigueur depuis un peu plus d’une semaine. Au cours du prochain Conseil de défense sanitaire, prévu mercredi matin à l’Élysée, l’exécutif évaluera si les restrictions actuelles sont effectivement suffisantes ou non pour contenir la progression de l’épidémie. Les chiffres apportent un début de réponse, hélas peu réjouissante, pointe Le Figaro. Avec plus de 20.000 contaminations par jour, la France connaît un ‘plateau haut’. (…) Depuis plusieurs jours, poursuit le journal, le pouvoir prépare les esprits à l’imminence d’un troisième confinement. Les Français semblent l’avoir intériorisé. Et les scientifiques font pression. »

Point de rupture…

En effet, renchérissent Les Dernières Nouvelles d’Alsace, on est « au point de rupture » : « si on a bien saisi la méthode de communication de l’exécutif – qui consiste à préparer les esprits en laissant fuiter des informations, d’abord mezzo voce puis de façon plus ouverte et enfin quasi officielle –, l’hypothèse d’un troisième confinement n’en est plus vraiment une. Ce serait pour la fin de semaine ou la prochaine au mieux et les nouvelles règles en vigueur ressembleront sans doute à celles de novembre dernier. Un confinement plus léger qu’en mars, mais un confinement tout de même. »

Frapper vite et fort !

Ce qui a changé la donne, ce sont les variants du virus, et notamment le variant anglais… Désormais, c’est établi, relève dans Le Parisien, Mylène Ogliastro, la vice-présidente de la Société française de virologie : « le risque de forme grave et de décès semble supérieur avec ce variant qu’avec le virus originel, affirme-t-elle. (…) C’est comme si on revenait à la case départ, que nous étions projetés un an en arrière : il faut absolument aplatir la courbe avant d’être débordé. Pour cela, il faut frapper vite, et fort, s’exclame l’infectiologue. Déjà, par la vaccination. Il est crucial de l’accélérer. Et par plus de restrictions (…). Pour cela, il faut instaurer un nouveau confinement, en attendant que la vaccination fasse son effet. C’est très dur, très contraignant, mais épidémiologiquement parlant, on n’a pas le choix. »

La solution d’un reconfinement partiel ?

Non, rétorque Sud-Ouest, « il faut absolument éviter d’en arriver là. Un troisième confinement aurait des conséquences encore plus catastrophiques que le mal qu’il prétend combattre, affirme Sud-Ouest, que ce soit sur le plan économique, psychologique ou éducatif. (…) On ne peut plus continuer au rythme lancinant du triptyque couvre-feu/préparation psychologique/confinement, estime le journal. On ne peut pas continuer à enfermer les gens tous les trois mois au prétexte qu’on aurait rien trouvé de mieux. (…) Face à une jeunesse proche du désespoir, face à une population dont la fatigue et le fatalisme sont presque plus inquiétants qu’un sentiment de révolte, il faut se résoudre à faire des choix, estime encore Sud-Ouest. Si confinement il devait y avoir, qu’il ne concerne que les populations les plus fragiles ou les plus âgées ! Qu’il soit territorial pour éviter les fermetures d’écoles en dehors des vacances et rouvrir enfin les universités ! Qu’il admette que le sport renforce les défenses immunitaires plutôt que d’en interdire la pratique ! »

Espérer !

En tout cas, soupire Le Courrier Picard, « nous vivons depuis un an sur des montagnes russes émotionnelles, où chaque bonne nouvelle (l’arrivée des vaccins par exemple) est balayée par une mauvaise (la mutation du virus). (…) Et on attend du président Macron (qui pourrait donc intervenir mercredi) qu’il nous donne des raisons d’espérer et de tenir le coup. De nous rappeler que même face au Covid, rien n’est inéluctable. Par leur comportement, les Français ont atténué grandement l’effet 'fêtes de fin d’année' tant redouté sur la courbe de l’épidémie. À nous, conclut le quotidien picard, de poursuivre les efforts pour éviter un nouveau reconfinement ou, à tout le moins, qu’il dure le moins longtemps possible. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail