Revue de presse française

À la Une: le big bug

Audio 03:57
Application «Ma classe à la maison», mise à disposition par le CNED en mars 2020. (Photo d'illustration)
Application «Ma classe à la maison», mise à disposition par le CNED en mars 2020. (Photo d'illustration) GUILLAUME SOUVANT / AFP

Publicité

« Le big bug », c’est le grand titre du Courrier Picard. En bon français on pourrait dire le grand plantage, mais c’est vrai que ça sonne moins bien. En tout cas, « gros dysfonctionnement hier, précise Le Courrier Picard, pour ce premier jour d’école à distance. »

« Sacrée plantade informatique… et politique, s’exclame Libération. Jour 1 d’enseignement à distance pour tous : les serveurs informatiques mis à disposition des profs ont pédalé dans la choucroute. (…) Même situation – et désarroi – aux quatre coins de la France : L’Île-de-France, dans le Grand Est, les Hauts-de-France, l’Occitanie… Comment expliquer que tous les serveurs aient planté en même temps ? Dans son message de la mi-journée, le ministère de l’Éducation pointait des problèmes "liés à des prestataires", affirmant qu’ils "devraient se résoudre rapidement". Et de positiver : 150 000 classes virtuelles étaient actives à 10 heures, 500 000 élèves et professeurs connectés. Un chiffre à rapporter, toutefois, aux 12,7 millions d’élèves et 800 000 professeurs que compte la France, même si tous n’étaient pas censés être branchés ce mardi. »

Et pourtant, souligne Libération, « voilà des mois que le ministre, Jean-Michel Blanquer, répète que tout est prêt pour assumer un nouvel épisode de cours à distance. Chaque académie s’était notamment dotée d’une "cellule de continuité pédagogique", chargée entre autres de s’assurer que les serveurs informatiques étaient suffisamment solides – c’est donc loupé – et de former les profs à l’enseignement à distance. La semaine dernière, l’entourage du ministre se félicitait des quelque 200 000 profs (un sur 4) formés aux cours en distanciel cette année. Alice, professeur d’arts plastiques dans un collège de Saint-Denis, devait suivre une formation ce mardi à 14 heures mais… en ligne et donc inaccessible. Raté. »

Vaccins, économie : ça s’accélère ?

Pendant ce temps, on continue de vacciner… C’est la seule porte de sortie efficace contre le virus. Exemple au stade de France à Saint-Denis au nord de Paris, relève Le Parisien. « 2.000 personnes ont été vaccinées hier pour le premier jour d’ouverture de ce vaccinodrome géant. (…) Les autorités espèrent y vacciner 10.000 personnes par semaine. »

Sur le plan économique, Bruno Le Maire se veut optimiste… « Le ministre de l’économie promet en effet, pointe Le Monde, un rebond vigoureux au sortir de la crise sanitaire. À court terme, toutefois, les nouvelles mesures de fermeture des écoles et des commerces non essentiels ont contraint Bercy à revoir ses prévisions pour l’année en cours. La croissance, estimée jusqu’alors à 6 %, est ramenée à 5 %, tandis que le déficit devrait atteindre 9 % du PIB, soit un demi-point de plus que prévu. La dette grimpera à 118 % du PIB, contre 115 % attendus initialement. »

Un train d’avance pour la Chine et les États-Unis

Et globalement, l’Europe est à la traîne, souligne Le Figaro… « L’Europe renoue certes avec la croissance, mais devra patienter jusqu’à l’été 2022 pour retrouver son niveau d’activité d’avant la pandémie, affirme le journal. Ses grands rivaux, eux, cavalent devant : la Chine y est déjà parvenue et les États-Unis y arriveront dans les prochaines semaines. Pour le Vieux Continent, c’est la double peine : aux plaies infligées par le virus s’ajoute la perspective d’un décrochage économique. (…) C’est peu dire, précise Le Figaro, que les Européens, armés de la meilleure volonté du monde, ont manqué de dextérité sur les deux fronts qu’ils ont ouverts. Celui de la vaccination, seule porte de sortie de la crise, où ils ont accumulé les faux pas (…). Et celui de la relance économique, ensuite, indispensable pour fouetter la croissance et préparer l’avenir. Le miraculeux plan européen - désormais jugé insuffisant par Emmanuel Macron - attend toujours le feu vert des Vingt-Sept et ne pourra être mis en œuvre avant plusieurs mois. Pendant que nous tergiversons, conclut Le Figaro, Joe Biden, en fonction depuis trois mois, vaccine à tour de bras et déverse déjà des milliers de milliards de dollars sur l’Amérique. Cherchez l’erreur… »

Ligue des champions : et si le PSG gagnait ?

Enfin, pour nous remonter le moral, rien de tel qu’un bel exploit sportif. Et si le PSG l’emportait ce soir face au Bayern, en quarts de finale aller de la Ligue des champions ?

« À fond les ballons ! », lance L’Équipe en Une. « Il faut que ce soit une fête pas une mise en bière », implore le quotidien sportif. « 8 défaites en Ligue pour Paris, mais on sait aussi que cette équipe-là a étendu le Barça. » Toutefois, s’interroge L’Équipe, « la ligue des champions peut-elle s’offrir à tant d’inconstance, au prétexte du talent ? »

« Pour Neymar et Mbappé, c’est l’heure de la revanche », relève Le Parisien. « Les deux stars du PSG sont réunies pour la première fois cette saison en Ligue des champions. C’est donc reparti pour un tour, avec cette double revanche dans l’air. Les deux attaquants veulent effacer leur prestation du 23 août dernier où ils avaient trop peu pesé offensivement face à la muraille du Bayern Munich. »

À suivre ce soir sur RFI à partir de 21 h.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail