Revue de presse française

À la Une: Emmanuel Macron parle à l'Afrique

Audio 04:58
Le président français Emmanuel Macron au palais présidentiel de Pretoria, en Afrique du Sud, le 28 mai 2021.
Le président français Emmanuel Macron au palais présidentiel de Pretoria, en Afrique du Sud, le 28 mai 2021. © Pierre Firtion/RFI

Publicité

« Immigration, terrorisme, colonisation... Les confidences de Macron en Afrique », entretien fleuve accordé au JDD par le président français en marge de son déplacement cette semaine au Rwanda et en Afrique du Sud. « Emmanuel Macron fait le bilan de sa politique africaine. Il insiste notamment sur les conséquences migratoires pour l'Europe d'un échec collectif à réinvestir massivement en Afrique », écrit le JDD... Il « appelle l'Europe à effacer une partie de la dette africaine ».

Emmanuel Macron adresse également quelques messages bien sentis, qui ont le mérite d'être clairs. Sur le plan militaire déjà, il affirme que la France retirerait ses troupes de l'opération Barkhane si le Mali allait « dans le sens » d'un islamisme radical. Il faut de toute façon penser « à la sortie », martèle le chef de l'État, qui rappelle avoir justement proposé un chemin de sortie lors du sommet du G5 Sahel à Pau, en janvier 2020.

Des messages politiques

Dans les colonnes du JDD donc, le chef de l’État français dit avoir « passé le message » aux dirigeants d'Afrique de l'Ouest : il « ne resterait pas aux côtés d'un pays où il n'y a plus de légitimité démocratique ni de transition ». On pense forcément au Mali, théâtre d'un deuxième coup d'état en neuf mois, vu comme inacceptable par Paris et l'Union européenne.

Pour le président français, autre dossier sur lequel les choses sont claires : le Tchad.  « Nous venons au secours et en soutien d'un État souverain pour qu'il ne soit pas déstabilisé ou envahi par des groupements rebelles et armés". Mais nous demandons la transition et l'inclusivité politique", assure-t-il. On sait qu'il avait été vertement critiqué pour avoir assisté aux obsèques d'Idriss Déby et, à l'occasion de ce déplacement d'ailleurs, Emmanuel Macron dit avoir eu un long échange avec Mahamat Déby, le fils du maréchal qui a pris la relève. Et lors du G5 Sahel qui a suivi, affirme Emmanuel Macron, « avec les autres chefs d'État, nous sommes allés le voir pour lui demander cette ouverture politique avec le soutien de l'Union africaine ». En somme, circulez, il n'y a rien à voir. Communication assurée pour Emmanuel Macron, messages bien passés.

Extrême droite, danger imminent

Or, pendant ce temps en France : extrême droite, danger imminent.À force d’y consacrer des Unes et des dossiers - à force probablement, pour nous d’en parler-, peut-être que cela finira bien arriver. « L’extrême banalisation, Comment Marine Le Pen se rapproche du pouvoir », alerte L’OBS. A un an maintenant de la présidentielle, le magazine constate que l’héritière de l’extrême droite est désormais un « invariant de la politique française », et surtout elle « n’a jamais paru si proche de conquérir le pouvoir ». Tout est là. Aujourd’hui, envolé le « front républicain » qui faisait barrage. La porosité avec l’électorat des Républicains est semble-t-il réelle, notamment les « retraités épargnants » sur lesquels le RN a des vues nous dit L’Obs, et qui sont déjà convaincus en matière de « sécurité et d’immigration ».

Le Rassemblement national profite largement des faiblesses du reste de la classe politique. Marianne nous livre aussi quelques clés du succès. « Laïcité, république, Protectionnisme, sécurité, immigration, localisme… Tous ces sujets qu’ils ont laissés au RN ». « La gauche et la droite, estime Marianne, ont laissé des pans entiers du champ politique au Rassemblement national, évacuant ainsi tout débat démocratique ». Les deux magazines sont en tout cas d’accord : cette issue, possiblement fatale l’an prochain, est également le fruit de la stratégie politique d’Emmanuel Macron. Dans L’Obs, parole de politologue : « Quand on désigne MLP comme la première opposante, c’est le principe de l’alternance qui est réactivé. La question est donc celle-ci,  si ce n’est plus au tour d’Emmanuel Macron, est-ce au tour de Marine Le Pen ? ». Car c’est bien là que tout pourrait se jouer, se désole L’Obs, savoir lequel des deux sera « le moins détesté ».

Beaucoup de gens intelligents en France ?

Et pour trancher, on peut être rassuré, il y a beaucoup de gens intelligents en France.Il y a surtout beaucoup de gens qui se croient très intelligents, surdoués même, nous apprend L’Express. Depuis dix ans maintenant, le phénomène du HPI, le haut potentiel intellectuel, « fascine » de plus en plus les Français, qui croient en être. Mais ce n’est pas forcément de leur faute. « Alors que seulement 2,5% de la population a un quotient intellectuel supérieur ou égal à 130, les consultations à ce sujet explosent ». C’est un business, comme le reconnait Michelle, psychologue du XVe arrondissement de Paris : « Comme nombre de mes collègues, je me suis lancée là-dedans parce que je savais qu’il y avait de l’argent à se faire ».

Un « marché juteux » qui peut attirer « des charlatans », nous met en garde L'Express. Ou du moins des gens aux profils particuliers, dirons-nous. Le magazine nous présente Raymonde Hazan, « psychanalyste autoproclamée surdouée ». « La seule chose avec laquelle vous pouvez ouvrir toutes les portes en tant que surdoué, c'est la clé du cœur », nous dit-elle. Et elle a forcément un prix cette clé du cœur. « Sur sa page internet, rapporte L'Express, Raymonde propose une détection du haut potentiel par téléphone (120 euros les 45 minutes). Une heure et demie de vidéo pour bien vivre sa "surdouance" (349 euros). » Elle a même lancé il y a quelques années son académie en Normandie. Si ça vous intéresse, cela coûterait 3 500 euros les six jours. « Un tarif non confirmé par Raymonde Hazan, qui refuse de parler de sa formation à des "normo-pensants" », déplore L'Express. Comme les journalistes qui l'ont contactée, nous ne sommes probablement pas assez intelligents pour comprendre Raymonde…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail