Revue de presse française

À la Une: le cent-huitième Tour de France au départ à Brest, pointe ouest du pays

Audio 05:19
La 108e édition du Tour de France commence le 29 juin 2021 à Brest
La 108e édition du Tour de France commence le 29 juin 2021 à Brest Anne-Christine POUJOULAT AFP

Publicité

Et justement, dans un style fleuri, le journal Le Parisien signale une information qui intéressera aussi bien les auditeurs amateurs de géographie que ceux qui aiment la poésie, et que je vous livre : « ce matin, le soleil se lève à l’ouest, réveillé par la sonnerie d’un klaxon coutumier. Le Tour de France s’élance de Brest » !

Lever du soleil à l’ouest ? Dans ce morceau de lyrisme digne d’Antoine Blondin, on sent comme un soulagement de ce journal o’ combien attaché au Tour de France, car l’an dernier, crise du coronavirus oblige, la Grande boucle avait dû s’élancer en automne, « alors que les feuilles jaunissaient et les écoliers rejoignaient les bancs de leurs classes ». Voilà pourquoi, ce matin, Le Parisien célèbre ce quasi-retour « à la normale ». Bonne route !

Jean Castex qui s’exprime publiquement. Une première depuis dimanche dernier, jour du premier tour des élections régionales et départementales, qui s’étaient soldées par une déroute de la majorité

Et c’est dans Le Figaro que le Premier ministre brise le silence. Élément de contexte pour compléter l’enjeu de cette prise de parole, un « remaniement technique se profile », signale à son tour ce quotidien.

Déroute de LREM et de ses alliés centristes dimanche dernier ? Même s’il se soucie de l’abstention-record du premier tour, le Premier ministre refuse pourtant de parler d’une « défaite » pour son camp et évoque « une confirmation de ce qui s’est passé aux élections municipales », remarque Le Figaro, journal dans lequel Jean Castex explique que « les Français ont la tête ailleurs », avant d’ajouter : « Cela me préoccupe. On sort pourtant de dix-huit mois où les pouvoirs politiques - élus comme gouvernement - se sont décarcassés pour sortir le pays de la crise »

Qu’en sera-t-il demain dimanche, au second tour de ce scrutin. Évoquant le cas de la région Sud, le Premier ministre dit au Figaro que si le candidat du Rassemblement national, Thierry Mariani, était élu, « cela serait très grave pour le pays ».

Remaniement ministériel après ces élections ? Jean Castex, lui-même, sera-t-il concerné par ce changement d’équipe ?

Évoquant son propre sort, Jean Castex s’affiche serein. « J’ai la conviction que les Français ne remettent pas en cause l’action du gouvernement que je conduis », dit-il au Figaro, ajoutant « il y a beaucoup de sujets à venir (…) Je serai le Premier ministre de la crise sanitaire et économique jusqu’au terme de ma mission. Je suis prêt, avant de devenir un Premier ministre de campagne, à mener d’autres réformes. C’est dans l’intérêt du pays ». Assurance qui fait penser au Figaro que « M. Déconfinement » est « à la manœuvre et motivé plus que jamais ».

Très à l’aise, le Premier ministre plaisante : « À Matignon, les jours comptent triple. C’est comme au Scrabble ! ». Et se rassure. « J’ai senti de l’inquiétude, des difficultés, mais jamais d’hostilité à mon endroit (…) J’ai essuyé beaucoup d’oppositions et de cris de l’opposition, je suis blindé ! D’autant que je doute que la perspective de la présidentielle n’apaise les esprits ».

Ce qui lui permet d’enchaîner sur les réformes à venir. « Personne ne me fera croire qu’il ne faut pas une réforme des retraites. Ce ne sera pas la même, ce qui me convient bien », dit encore le Premier ministre dans Le Figaro.

En France encore, l'enquête pour viols, agressions et harcèlements sexuels visant Patrick Poivre d'Arvor, a été classée sans suite

« Prescription » ou « insuffisance de preuves », c’est la réponse de la justice à huit plaintes qui avaient été déposées contre l'ancien présentateur du journal télévisé de TF1, dont celle de l'écrivaine Florence Porcel.

C’est le quotidien, Le Parisien qui a révélé le classement sans suite de cette affaire. Selon ce journal, « un élément matériel fourni par la défense de PPDA a pesé dans la décision du parquet (…) : l'agenda de Dominique Ambiel, président et fondateur de la société A Prim Group », ami et associé du journaliste, qui a affirmé n'avoir assisté à aucune scène de viol le 29 avril 2009 - le jour indiqué par Florence Porcel - dans le bureau de PPDA, qu'il décrit comme entièrement vitré et donnant sur le sien.

Par ailleurs, toujours selon Le Parisien, « la disposition du bureau de PPDA décrite par Florence Porcel ne correspond pas à ce qu'ont pu observer les enquêteurs » qui se sont rendus sur place, avec PPDA mais sans la plaignante.

« Un autre élément a affaibli les accusations de Florence Porcel, ajoute Le Parisien : ses échanges troublants avec une autre romancière, Martine P., à une époque contemporaine à ses accusations de viols ». Son ancienne amie a dit à la justice que Florence Porcel avait purement et simplement « inventé ce viol », révèle Le Parisien, et sa version a été considérée comme « crédible » par le parquet. Nous avions parlé ici-même de cette retentissante affaire à son début, lors du dépôt de plainte initial contre PPDA. Normal que nous y revenions à sa conclusion judiciaire d’hier. À noter enfin qu’après ce classement sans suite dévoilé par Le Parisien, Florence Porcel, dans un communiqué, a annoncé son intention de porter de nouveau plainte, avec constitution de partie civile.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail