Revue de presse internationale

À la Une : l’attaque contre la démocratie américaine

Audio 04:51
Le désormais tristement célèbre « homme buffle ».
Le désormais tristement célèbre « homme buffle ». AP - Manuel Balce Ceneta

Publicité

La presse internationale sous le choc, dénonce le coup de force des partisans de Trump. Ce sont quasiment les mêmes images violentes, dérangeantes d’un Capitole pris d’assaut, puis assiégé par les militants trumpistes qui s’affichent en Une d’une grande partie de la presse dans le monde, assortis de titres chocs. Et la presse européenne est particulièrement unanime pour condamner ce coup de force :

Les manifestants ont pris d’assaut « le cœur de la démocratie américaine », dénonce ainsi le Times de Londres qui publie en Une cette image dramatique de policiers pointant leurs armes contre les émeutiers qui ont envahi le Capitole.

« Trump déclenche une révolte contre la certification de Biden », titre de son côté le quotidien madrilène El Paìs citant les propos de Joe Biden « ce n’est pas une manifestation, c’est une insurrection ».

Pour le Suddeutsche Zeïtung c’est « le jour de la honte de l’Amérique », le quotidien allemand réclame « la destitution de Trump ».

« Un jour de coup d’État », estime de son côté La Repubblica. Le quotidien italien qui publie la photo du fameux « homme buffle » torse nu et coiffé de ses cornes . « C’est l’italien qui a mené "la révolte" au Congrès » dit la Repubblica. « Jake Angeli, qui se fait appeler le Chaman de QAnon, complotiste et négationniste » est d’origine italienne « il laissera sûrement une empreinte sur le jour le plus noir de l’histoire de l’Amérique depuis des décennies » écrit le quotidien de Milan.  

La destitution de Trump réclamée par les éditorialistes américains

C’est un véritable tir de barrage contre le président sortant. Accusé d’avoir encouragé tout au long de la journée du 6 janvier ses partisans à l’insurrection. « Il faut le destituer et l’inculper. Tout de suite », exige Bret Stephens l’éditorialiste du New York Times « le Président,dit il, n’est pas complice (des violences) mais totalement, indéniablement et de manière impardonnable responsable ». « La seule chose à faire est donc de le mettre en accusation et de le démettre de ses fonctions ».

Un avis partagé par le Washington Post .« Il a provoqué l’assaut du Capitole, il doit être renvoyé », tranche également le quotidien de la capitale qui explique « que le président est inapte à rester en fonction pour les 14 prochains jours. Chaque seconde où il conserve les vastes pouvoirs de la présidence est une menace pour l’ordre public et la sécurité nationale ». Le Washington Post encourage donc le vice-président Pence « à réunir le cabinet pour invoquer le 25e amendement déclarant que Donald Trump est "incapable d’exercer les pouvoirs et les devoirs de sa charge" ».

Les démocrates prennent le contrôle du Sénat

Alors que le chaos régnait hier soir au Capitole, les démocrates se sont assurés le contrôle du Sénat avec une double victoire électorale surprise en Géorgie, arrachée aux républicains dans ces terres sudistes longtemps ségrégationnistes.

« Le nouveau Sénat sera donc divisé en parts égales entre les 2 partis à 50-50, la vice-présidente élue Kamala Harris servant de vote décisif », écrit le Wall Street Journal qui note que « le contrôle démocrate du Sénat donnera à Joe Biden une chambre à sa main, bien disposée pour faire avancer les nominations judiciaires, les choix du cabinet et la législation pour lutter contre le coronavirus et le changement climatique ». « Autant de priorités qui auraient été annulées par le Sénat si les républicains en avaient gardé le contrôle », souligne de son côté le New York Times.

L’Australie s’alerte du variant britannique du coronavirus

La course est lancée pour « renforcer nos défenses contre la souche du virus britannique » titre en Une The Australian. Le quotidien de Sydney précise que le gouvernement « tiendra dès demain une réunion d’urgence » pour déterminer de nouvelles mesures pour tenter de stopper « la propagation de ce variant britannique hautement infectieux » et alors qu’une dizaine de cas ont déjà été recensés dans le pays.

Parmi les mesures envisagées, « un renforcement des contrôles aux frontières » qui ciblerait plus particulièrement les voyageurs britanniques où l’épidémie fait rage, note le quotidien. Tous les voyageurs en provenance de Londres « ainsi que les équipages aériens » devraient se voir imposer une obligation de tests avant de décoller pour l’Australie.

Cité par The Australian, un épidémiologiste de Melbourne souligne « que la fermeture des frontières australiennes devrait être également une option ». Alors qu’un de ses confrères met en garde « contre le variant sud-africain » dont 1 cas vient d’être détecté à Brisbane. « Une souche encore plus infectieuse que la souche britannique » et qui, selon lui « pourrait être résistante à la gamme actuelle de vaccins ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail