Revue de presse internationale

À la Une: Washington sous tension avant l'investiture de Biden

Audio 04:48
Des soldats de la garde nationale à Washington.
Des soldats de la garde nationale à Washington. © REUTERS/Edudardo Munoz

Publicité

À la Une de la presse internationale, Washington, transformée en camp retranché, à la veille de l'investiture de Joe Biden.

De nombreux quotidiens montrent en Une des images presque inquiétantes de la capitale américaine en état de siège, vidée, barricadée, aux allures de forteresse assiégée avec le déploiement de 25 000 soldats surarmés de la Garde Nationale.

« Peur sur la ville » titre le Times of India, « Washington se blinde » face aux menaces des groupes d'extrême droite, souligne de son côté le quotidien espagnol El Pais évoquant une capitale « à cran » à la veille de l'investiture de Joe Biden. « J'ai l'impression d'être en visite à Bagdad » confie un député américain au Wall Street Journal alors qu'un autre avoue ne plus se déplacer sans sa « bombe anti-ours ».

« Est-on dans la paranoïa la plus totale ? » s'interroge  la correspondante du quotidien Suisse Le Temps aux États-Unis, avant de reconnaître que l'inquiétude est bien réelle depuis l'attaque du Capitole. Une double inquiétude : celle des manifestants pro-Trump « parmi lesquels des extrémistes, des suprémacistes blancs et autres Qanonnistes convaincus d'avoir assisté à un "scrutin truqué" », et puis il y a aussi la crainte de « l'ennemi de l'intérieur », avec cette question qui hante le FBI, sur  « d'éventuelles complicités au sein des forces de sécurité ».

Les soldats soumis à des contrôles du Pentagone et du FBI

C'est à la Une de toute la presse américaine, d'un côté le Pentagone, le ministère des armées  « intensifie ses efforts pour tenter de débusquer les extrémistes » dans ses rangs, de l'autre le FBI, les enquêteurs fédéraux cherchent toujours à déterminer « combien de militaires et de vétérans ont participé à l'assaut sur le Capitole ». Selon le New York Times, les milliers de soldats qui arrivent dans la capitale pour sécuriser la cérémonie d'investiture passent « par un contrôle sévère ». Et ceux qui se trouveront « à proximité du président Biden auront droit à une enquête encore plus approfondie ». Le quotidien rapporte que les tous les militaires sont déjà soumis à des enquêtes « sur leurs antécédents », mais également à des « examens physiques », et notamment « une évaluation de leur tatouage ».

Coronavirus : nouvelles restrictions attendues en Allemagne

Face à la propagation du virus « l'enfermement devient de plus en plus brutal », titre le Suddeustche Zeïtung. Le quotidien allemand détaille les couvre-feux et autres confinements qui se multiplient en Europe, et l'annonce attendue aujourd'hui de nouvelles restrictions en Allemagne. Parmi les pistes envisagées : des restrictions de circulation, le port obligatoire de masques médicaux et une forte exhortation au télétravail. De son côté, le Frankfurter Allgemeine Zeïtung met en avant la nécessité de promouvoir les tests individuels « chacun devrait pouvoir se tester rapidement », estime le quotidien, ce qui permettrait non seulement « aux citoyens de participer au contrôle de la pandémie » mais également peut-être d'échapper aux règles imposés à tous.

En Grande-Bretagne, un appel pour donner la priorité des vaccins au groupes ethniques

C'est la Une du Guardian. Les experts de santé publique et des députés appellent à une « meilleure protection des communautés noires, asiatiques et des minorités ethniques ». Des communautés qui « sont les plus susceptibles d'être affectées par le virus, mais également les moins susceptibles d'accepter d'être vaccinées » explique un professeur du Collège Royal.

Selon des recherches «72% de la population noire» en Grande-Bretagne rejetterait toute idée de vaccin principalement en raison «d'information erronées» souligne le Guardian «sur le fait que le vaccin ne serait pas halal ou qu'il pourrait entraîner une modification de l'ADN».  «Autant de mythes qu'il faut démystifier» au plus vite, le quotidien de Londres qui rapporte que «le taux de mortalité dû au coronavirus a été 5 fois plus élevé chez les hommes noirs africains et banglandais que chez les blancs durant la 1ère vague de la pandémie».

3 mois caché dans un aéroport de Chicago, par peur du virus

Comme un remake du film avec Tom Hanks soulignent les médias américains, qui content l'histoire d'Aditya Singh 36 ans un californien d'origine indienne. Il aurait atterri à Chicago en octobre dernier et se serait ensuite caché dans une zone sécurisée de l'aéroport pendant 3 mois, sans être détecté. Il aurait vécu de l'argent de la nourriture que lui auraient donné des passagers. Il a finalement été arrêté le week-end dernier et avoué « qu'il avait tout simplement trop peur de rentrer chez lui, à cause du Covid ». Il sera jugé fin janvier, pas sûr qu'il soit autorisé à reprendre l'avion pour regagner la Californie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail